Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Juil 2020 | Observatoire
 

Encore de nouvelles études sur les fumeurs et le Coronavirus. Elles sont plusieurs et apparaissent quelque peu contradictoires (voir 29 juin, 29 mai22 et 23 avril).

Mais d’après les récentes études, rapportées par le quotidien britannique The Guardian ce vendredi 25 juillet, les fumeurs seraient deux fois plus susceptibles d’attraper le Covid-19 et auraient deux fois plus de chance de contracter une forme sévère de la maladie.

•• La semaine dernière, des chercheurs de l’Université de Californie, à San Francisco, ont comparé les informations fournies par plus de 8 000 jeunes adultes dans le cadre de la National Health Interview Survey à une série d’indicateurs de risques dans le but d’évaluer la vulnérabilité des jeunes au Covid-19. Ce sondage annuel est mis en place aux États-Unis pour évaluer l’état de santé des citoyens.

Selon les conclusions de l’étude, 32 % des sujets dans leur ensemble présentent des pathologies augmentant leur risque de contracter le virus. Un chiffre qui chute lorsque les chercheurs concentrent leur étude sur les sujets non-fumeurs, puisque seuls 16 % d’entre eux peuvent être considérés comme des personnes à risque pour le coronavirus.

•• D’autre part, une étude menée par la Société pour la recherche sur la nicotine et le tabac sur 11 000 malades du Covid-19 a montré que le tabagisme constituait un facteur favorisant le développement d’une forme plus sévère.

30 % des patients fumant – ou ayant fumé – ont ainsi vu leur santé se détériorer et atteindre un état sévère voire critique, quand seuls 17,6 % des malades non-fumeurs ont développé des symptômes similaires. Les fumeurs seraient donc deux fois plus susceptibles de contracter une forme grave du Covid-19.

« Le tabac provoque une inflammation des voies respiratoires et affecte l’immunité pulmonaire », explique au quotidien britannique le docteur David Christiani, professeur à l’université de médecine d’Harvard, « ce qui rend les fumeurs plus sensibles aux infections de manière générale ».

•• Au-delà d’être plus susceptibles de contracter le virus sous une forme grave, les fumeurs pourraient être des vecteurs importants de contamination, selon The Guardian. Ceux-ci ne portent en effet pas de masque pendant qu’ils fument et expirent des particules de fumée susceptibles de transporter le virus, souligne le quotidien britannique.

Les particules de fumée, particulièrement fines, pourraient même aisément franchir les masques en tissus, constituant ainsi un risque supplémentaire de contamination.

Sur le sujet, d’autres études sont attendues.