Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Avr 2020 | Profession
 

Gérant et animant les enseignes « Maison de la Presse » et « Mag Presse » (1 360 points de vente), NAP s’inquiète des difficultés de trésorerie de ses adhérents, moins fournis par les éditeurs de presse depuis le début de la crise.

Le point dans Le Journal des Entreprises.

•• 90 % des points de vente du réseau restent en activité et beaucoup ont aménagé les horaires En plus des protections plexiglas, les propriétaires de magasins, souvent seuls aux commandes, vont commencer à recevoir cette semaine plusieurs milliers de masques grâce à un pont logistique mis en place avec la Chine.

L’entrepôt toulousain du groupe Nap fonctionne à plein, avec une douzaine de salariés qui assurent les envois dans toute la France.

•• Côté ventes, le nombre d’encaissements a été divisé par deux mais le chiffre d’affaires du réseau ne recule que de 22 %.

« La hausse du panier moyen s’est surtout faite les premiers jours de la crise, sur des familles de produits comme le tabac ou les jeux / jouets : clairement, les clients ont voulu stocker de quoi tenir pendant le confinement. Depuis, l’activité s’est stabilisée mais ne se tarit pas » indique Arnaud Ayrolles, président du groupe Nap.

•• Le marché de la presse, lui, se complique au fil des semaines. Beaucoup d’éditeurs ont été impactés par la chute brutale de la publicité et la décision de la Poste de ne distribuer le courrier que trois jours par semaine la semaine dernière. Ils hésitent, en outre, à verser des avances aux messageries dont la principale, Presstalis, est au bord du dépôt de bilan.

Résultat, le nombre d’exemplaires imprimés et mis dans le circuit ne cesse de se réduire, menaçant à terme les revenus des points de vente et leur trésorerie.

« J’appelle les éditeurs à continuer à fournir les points de vente malgré les circonstances. Le risque sinon est d’aggraver la situation d’un réseau de distribution récessif depuis plusieurs années » insiste Arnaud Ayrolles.

•• La crise actuelle pourrait bousculer le déploiement du nouveau concept de modernisation du réseau « Convergence » (voir 11 décembre 2019) .

« On peut penser que, dans les prochains mois, les propriétaires vont prioriser la continuité d’exploitation à l’investissement dans leur point de vente » analyse Arnaud Ayrolles, « pour certains commerces déjà en difficulté, la crise va aggraver le risque de fermeture. »