Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Avr 2020 | Profession
 

Dans une interview au Figaro (édition 13 avril), Daniel Panetto, président de Culture Presse, fait le point après un mois de confinement. Extraits.

« Le réseau des indépendants est resté ouvert à 87 %. Les Relay sont tous fermés. Les kiosques, notamment à Paris, restent ouverts pour un tiers. La grande distribution est ouverte. Je note qu’avec un taux d’ouverture de 90 % des indépendants, avec souvent des horaires adaptés, le cœur du réseau de la presse remplit sa mission de diffuseur d’information (…)

•• Disparités géographiques. « C’est plus compliqué à Paris pour mes confrères kiosquiers et, plus généralement, dans les hyper-centres des grandes villes. C’est un peu mieux en province avec la vague de migration, de pré-confinement, de Français qui ont quitté les centres urbains.

« Les marchands de presse font face à leur responsabilité de commerce essentiel à la nation en assurant la diffusion de la presse, alors que c’est économiquement et sanitairement compliqué. Je regrette toutefois que La Poste n’approvisionne pas mes confrères en Corse, où il n’y a plus de presse quotidienne nationale disponible.

•• Qui résiste le mieux ? « Difficile à dire mais plus des deux tiers de mes confrères ont une fréquentation qui s’est dégradée de 50 % ! La situation est hyper tendue : nous collectons des recettes pour le compte des éditeurs. Notre commission s’élève actuellement à 13 % car nous ne percevons pas l’intégralité de notre commission immédiatement, une partie de celle-ci étant versée neuf mois plus tard.

« Dans mon cas, mon magasin est ouvert chaque matin depuis le confinement, je conserve en moyenne une commission quotidienne de 39 euros avant impôt. Difficile donc d’assurer les charges d’exploitation d’un commerce …

•• Craintes. « La situation est inédite. Je veux saluer l’action du ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui a su réagir très vite pour mettre en place des mesures exceptionnelles pour éviter les défaillances (…) Le problème pour le réseau des marchands est qu’il s’insère dans une filière exsangue en raison de la situation de son principal distributeur, Presstalis. Je veux adresser à Franck Riester, notre ministre de tutelle, un immense merci. Il s’est porté garant de ne pas nous laisser tomber (…). 

« J’espère que durant cette période la clientèle s’ouvrira plus largement à la presse, qui résiste, s’adapte continuellement et gagne chaque jour en valeur. À l’heure de l’infobésité et de l’infox, sa crédibilité n’est plus à démontrer. »