Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Avr 2020 | Associations, Observatoire
 

Dans Vosges Matin, Yves Martinet (professeur de pneumologie à Nancy et président du Comité national contre le Tabagisme / CNCT) réagit à l’hypothèse d’un effet protecteur de la nicotine contre le Covid-19 (voir 23 et 22 avril).

•• « (…) À ce jour, il n’y a pas de preuve formelle de l’existence d’une protection quelconque contre le Covid avec la nicotine.

« En revanche, ce que l’on sait, quand des fumeurs font des infections au coronavirus, elles sont plus sévères que chez les non-fumeurs, parce que ce sont des personnes qui ont mis à l’épreuve leur appareil respiratoire pendant des années. Il faut donc rester extrêmement prudent. Malheureusement en ces périodes de crise, il y a une espèce d’engouement pour des hypothèses de travail qui méritent d’être vérifiées mais cela prend du temps.

•• Fumeur « contaminateur ». « On sait que pour certaines maladies – la tuberculose par exemple -, les fumeurs sont plus contagieux que les non-fumeurs. La composition de l’air qu’on expire quand on est fumeur est différente de la composition de l’air expiré quand on ne fume pas. La fumée rejetée est composée de particules fines et extra-fines et ce sont ces particules qui peuvent être le véhicule soit des bactéries soit des virus » (voir 29 mars).

•• Arrêt du tabac : « C’est difficile, tout le monde en est conscient (…) On peut vous aider dans cette épreuve inconfortable.

« Longtemps on a dit, les médecins aussi, que les fumeurs fumaient parce qu’ils étaient stressés. En fait, depuis 5 ans maintenant, de nombreuses études démontrent le contraire. C’est parce que les fumeurs fument qu’ils sont stressés. À l’arrêt du tabac, passé les premières semaines qui peuvent être très difficiles, les fumeurs sont moins stressés, moins anxieux et moins déprimés ».