Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Mai 2020 | Observatoire
 

À propos de l’apparent consensus sur un potentiel effet protecteur de la nicotine dans le développement du Covid-19 (voir 22 et 23 avril), les avis contradictoires se multiplient selon L’Opinion.

•• Le HCSP (Haut Conseil de Santé Publique) tranche : « l’hypothèse explicative la plus probable est une sous-notification du tabac ». L’AP-HP avance qu’un rappel téléphonique des patients a conduit à un triplement de la proportion initiale de fumeurs.

« La définition du fumeur – nombre de cigarettes, durée du tabagisme, etc. – varie d’une étude à l’autre, limitant leur comparaison » ajoute Loïc Josseran, professeur de santé publique et président de l’Alliance contre le Tabac (voir 20 avril).

•• Autre réserve  : la composition des groupes, qui doivent être similaires pour établir des corrélations.

À la Pitié-Salpêtrière, la proportion de fumeurs quotidiens chez les malades (hospitalisés, hors réanimation) est comparée à celle des Français, donnée par le baromètre de Santé publique France en 2018. Or le tabagisme est moins fréquent en Ile-de-France, et en baisse depuis 2016 : l’écart entre les malades et la population de référence est maximisé, selon le HCSP. Mais le dernier baromètre publié montre une différence non significative entre 2018 et 2019 …

Enfin, les auteurs ont assimilé les plus de 75 ans à la tranche 65-74 ans, alors que le tabagisme y est deux fois plus fréquent. « D’autres biais s’ajoutent, et tant que nous n’aurons pas d’étude conçue pour mesurer la consommation précise du tabac, son rôle protecteur reste conditionnel » conclut Loïc Josseran.

•• En parallèle, de nombreuses études – mais pas toutes – démontrent une aggravation de la maladie chez les fumeurs. « La nicotine détruit la paroi des poumons et empêche le système immunitaire de jouer son rôle » détaille Morgane Bomsel, « la réponse de l’individu doit être analysée dans son ensemble. »

•• Si les autorités invitent à poursuivre l’exploration, les effets délétères de la cigarette ne doivent pas être occultés par la peur du Covid-19, rappelle le quotidien.