Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Mai 2020 | International, Profession
 

British American Tobacco (BAT) a annoncé, ce vendredi 15 mai, qu’il était prêt à participer aux tests d’ un vaccin – en utilisant des feuilles de tabac – sur l’homme (voir 1er avril).

Sa filiale de bio-tech américaine – Kentucky BioProcessing (KBP) – est parvenue, en effet, à cloner un bout de la séquence du Covid-19 et a développé une molécule qui permet de produire des anticorps pour se protéger du virus.

Afin d’être exploitable et reproduit, l’anticorps est injecté dans des feuilles de tabac, une méthode dont BAT assure qu’elle peut être plus efficace que les techniques traditionnelles.

En avril, KPB avait précisé que lorsque ce processus serait validé par la FDA (Food and Drug Administration), il passerait aux essais de phase 1, soit des tests sur l’homme.

BAT a déclaré qu’il avait engagé des fonds pour mener des essais cliniques, qu’il prévoit de démarrer à la fin juin. Sa filiale pourrait produire entre 1 et 3 millions de doses par semaine, s’il était soutenu par des agences gouvernementales de médicaments et d’ autres industriels.