Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Avr 2020 | Observatoire
 

Le service minimum instauré par La Poste afin de limiter les risques de contamination de ses agents au Covid-19 n’aura tenu que quelques jours (voir 1er avril).

Face à la vague d’indignation que cette décision a soulevée, le président-directeur général du groupe public, Philippe Wahl, a détaillé ce mercredi en fin d’après-midi un nouveau dispositif.

« Nous avons assumé une manière de service minimum en réduisant le nombre de jours de distribution du courrier et des colis, de cinq jours il y a deux semaines, à quatre jours la semaine dernière, et à trois jours cette semaine » a-t-il rappelé, « nous ne l’aurions pas fait, c’est toute notre activité qui aurait été désorganisée ».

Entre arrêts-maladie, parents gardant et confinement, un quart des 220 000 postiers ont manqué à l’appel, a-t-il indiqué, tout en assurant que le nombre de salariés exerçant leur droit de retrait était « marginal ».

•• Cependant, a reconnu Philippe Wahl, ce service minimum de courrier a créé de grandes difficultés pour la presse quotidienne nationale et la presse quotidienne régionale, notamment. Des négociations ont donc très vite été engagées, notamment avec l’Alliance de la presse quotidienne, afin de revenir à une distribution plus large des journaux. Ce sera le cas dès lundi prochain sur quatre jours pour une moitié de la France, et dès mardi pour l’autre moitié.

•• Le groupe postal va ensuite progressivement augmenter son activité pour le courrier et les colis. Le renfort de quelque 3 000 personnes – salariés de la filiale MediaPost, volontaires dans le groupe, intérimaires et CDD – devrait permettre de revenir à une distribution jusqu’à 4 jours « le plus vite possible ». Philippe Wahl a insisté sur la grande complexité d’organisation de La Poste, avec des centres de tri comptant jusqu’à 300 personnes dans des conditions de promiscuité habituelles pour les postiers.

••L’autre priorité du groupe a été d’assurer le paiement des prestations sociales. Grâce à un accord avec la Sécurité sociale et la Caisse des dépôts, actionnaire de La Poste, le million et demi de bénéficiaires pourront retirer leur prestation sociale, dès la fin de cette semaine aux distributeurs automatiques de billets et dans plus de 250 bureaux de poste dès lundi prochain, particulièrement dans les quartiers prioritaires et le monde rural.