Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Avr 2020 | Observatoire
 

Il n’y a pas que le tabac en zones frontalières …

Pour beaucoup, cette période de confinement est synonyme d’explosion du montant des courses.

D’après l’Institut Iri (spécialisé dans l’analyse des données des produits de grandes consommations) le panier moyen, en hyper et supermarché, a bondi de 89 % la première semaine d’avril, alors même que ces deux circuits ont enregistré une baisse de trafic de 40/50 %.

•• « On va moins dans les gros points de vente mais les chariots sont bien plus fournis » souligne, dans un article du Parisien/ Aujourd’hui en France, Emily Mayer, experte en produits de grande consommation chez Iri. La preuve chez Système U : alors que les clients viennent moins souvent, le panier moyen est passé de 40 à 80 euros.

•• Si la note est plus lourde. aujourd’hui, le prix des articles n’y est pour rien, sauf pour certains fruits et légumes. L’inflation est quasi nulle sur les produits de grande consommation d’après Iri, qui note surtout un changement des habitudes : « on est beaucoup plus nombreux à la maison, avec deux ou trois repas quotidiens à prendre. Forcément, on achète plus » précise l’experte.

Même si le phénomène de sur-stockage tend à diminuer, la crainte de manquer pousse le consommateur à acheter toujours plus. De plus, les clients se voient parfois contraints d’acheter des produits plus haut de gamme que d’habitude en raison du phénomène des ruptures ponctuelles.

•• Moins de promos, moins de choix dans les rayons, plus de gens à nourrir … Le consommateur va aussi au plus rapide désormais. Ou, en tout cas, il préfère s’adresser au point de vente qui lui donne l’impression d’être le plus « en sécurité ». Plus question de faire des kilomètres pour dénicher le meilleur tarif.

La chute de fréquentation des hypers (-8 % la première semaine d’avril), où les prix peuvent être moins chers et l’assortiment plus important, en témoigne. Par peur de se retrouver au milieu d’une foule, le client privilégie l’e-commerce, circuit star de cette période de confinement (le drive ou la livraison à domicile) ou les commerces de proximité.

Leclerc et Intermarché ont donc réagi. Afin d’aider leurs clients, les deux enseignes se sont engagées à bloquer le prix de plusieurs milliers de produits (4 000 pour Leclerc et 10 000 pour Intermarché) tandis que Carrefour annonce une mesure similaire portant sur « 500 produits quotidiens de grandes marques ».