Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Mar 2020 | Observatoire
 

Après une semaine complète de confinement, QAPA (plateforme de recrutement par l’intérim) est l’un des premiers à avoir voulu mesurer son impact psychologique sur les Français.

Sans surprise, l’obligation de rester à la maison est loin d’être aussi simple que prévu pour la grande majorité.

•• Premier enseignement, 33 % des Français conservent une activité professionnelle « normale » : 27 % des femmes et 39 % des hommes.

•• Globalement, cette situation de confinement provoque très majoritairement (79 %) un sentiment de crainte.

Et si le confinement doit durer plus de 14 jours, les Français risquent de très mal le vivre. Ainsi, seulement 23 % se sentent capables de rester chez eux trois semaines, 8 % pas plus d’un mois et seulement 17 % aussi longtemps qu’il le faudra.

Pour 28 % la limite acceptable ne peut pas dépasser 14 jours et 16 % ne supportent déjà pas une semaine.

•• Sur leur avenir professionnel, 75 % des femmes et 69 % des hommes pensent que cette période délicate va nuire à leur travail par la suite.

•• La vision des Français sur le télétravail a bien changé. En étant actuellement forcés de travailler chez eux à la maison, plus de 48 % des Français avouent avoir finalement beaucoup de difficultés pour s’organiser et être efficaces; même si 52 % parviennent à travailler sans problème.

•• 37 % des hommes et 48 % des femmes interrogées pensent avoir besoin d’un accompagnement psychologique pour faire face à la crise du coronavirus. Sauf que 89 % des entreprises ne proposent aucun accompagnement psychologique à l’heure actuelle.