Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mar 2020 | Profession
 

Dans Ouest-France, Jacques Remaud (président des buralistes de Vendée) estime qu’il est trop tôt pour tirer un bilan ou donner des chiffres sur l’impact du confinement dans le réseau des commerces d’utilité locale. 

« En Vendée, la quasi-totalité des 280 buralistes ont déjà réduit leurs horaires d’ouverture. La plupart ouvrent moins tôt. Dans les jours qui viennent, environ la moitié devrait rester fermés les après-midis. Dans tous les cas, s’il y a changement, nous leur demandons d’avertir la fédération et la Douane. 

•• « Dans l’ensemble, les clients ont gardé leurs habitudes. Ceux qui lisaient le journal avant continuent à le faire, et les autres non. Beaucoup cherchent des idées pour occuper leurs enfants. Les magazines pour les jeunes, les revues de mots croisés ou fléchés, de travaux manuels ou de jardinage sont recherchés.

•• « Dans mon établissement, à Venansault (limitrophe de la Roche-sur-Yon) nous avons installé des « parois » transparentes entre les caisses et la clientèle. On garde la porte ouverte, pour éviter que les gens ne touchent la poignée. Toutes ces mesures rassurent les clients. Certains nous ont même félicités.

« Mais pour que la distance d’un mètre entre chaque personne soit respectée et que les files ne s’éternisent pas, il est essentiel que les commerces ne deviennent pas des lieux de retrouvailles ni des parloirs. Si les gens veulent échanger des nouvelles, on les engage à faire preuve de bon sens et à procéder par téléphone, pour le bien de tous ».