Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Mar 2020 | Profession
 

Fabrice Lefebvre – président des buralistes de l’Eure et buraliste à Val-de-Reuil – explique dans Paris-Normandie combien son métier, parfois mal compris, est aujourd’hui l’un des derniers liens sociaux en ville comme à la campagne. 

« Je peux vous dire que la quasi-totalité de mes collègues pense comme moi : si l’un de nous vient à fermer, c’est parce qu’il sera tombé malade ! » assure-t-il.

•• « Notre métier est parfois mal compris, mais je peux témoigner qu’en cette période de crise, en ville comme à la campagne, nous sommes l’un des derniers liens de proximité, d’écoute et d’information des habitants grâce aux journaux. Il n’y a pas que BFM ».

« On s’organise pour tenir le coup. On partage des conseils pour se protéger, organiser le flux des clients et échanger sur des interrogations. Plus de plexiglas ?  les magasins de bricolage sont fermés ? : tendez du film alimentaire ».

•• Selon ses premiers chiffres, 20 % de ses collègues du département ont aménagé leurs horaires ou fermé. « Nous ne faisons plus uniquement de la vente de tabac, de jeux ou de journaux. Nous sommes devenus des drugstores du quotidien. Chez moi par exemple, dans cette ville populaire de Val-de-Reuil, j’ai 1 200 clients compte Nickel. Les gens viennent chez nous chercher un peu d’écoute, de soutien et des services. Si nous fermons, particulièrement à la campagne, ils vont péter les plombs » prévient Fabrice Lefebvre.

•• Toujours selon lui, ses premiers confrères « à avoir pris la mesure de l’épidémie sont les buralistes français d’origine asiatique », très nombreux dans l’Eure à avoir récemment racheté des bars-tabacs-jeux-presse et souvent points PMU. « Ils ont très tôt aménagé leurs horaires ou fermé » assure le président du syndicat.

Avant de relayer les inquiétudes de sa profession : « si on commence à revoir des clients qui se fournissaient sur le marché parallèle du tabac, certains de mes confrères se demandent s’ils seront aidés : il leur a aussi fallu reconstituer leur stock après un début de panique, comme pour le papier toilette dans les supermarchés. »