Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mar 2020 | Profession
 

Reportage sur les bar-tabac parisiens et analyse de Philippe Coy dans Le Figaro.fr Économie qui estime, quant à lui, que 10 à 15 % des établissements ont préféré fermer leurs portes durant le confinement, la majorité d’entre eux se situant dans les zones urbaines ou les foyers épidémiques.

À l’échelle nationale, Philippe Coy, se veut rassurant : « on avait anticipé cette période chaotique ». « Les professionnels du secteur ont vu une suractivité entre dimanche et mardi derniers , avec des moments de panique des citoyens venus faire leurs réserves et on est aujourd’hui en phase décroissante. Il y a du gros temps à l’horizon, c’est certain, mais les buralistes sont résilients, on s’adapte » poursuit-il.

•• Surtout, la profession salue l’engagement de Bercy à ses côtés pour tenir bon : « la réactivité des services de l’État », ainsi que les moyens « massifs immédiatement accessibles sans détour, avec un vrai souci de simplification pour s’assurer de leur accessibilité ».

En contact régulier avec les autorités, la Confédération fait remonter au ministère de l’Économie les inquiétudes et couacs locaux, pour qu’ils soient pris en compte. Derrière, l’organisation s’occupe d’informer les buralistes des aides publiques à leur disposition.

•• En retour,les buralistes remplissent leur rôle de vecteur d’information dans les territoires, en martelant l’importance des gestes barrière et en transmettant les nouvelles aux populations, notamment âgées. « On exerce notre métier de commerçant à utilité locale » résume Philippe Coy.