Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Mar 2020 | Profession
 

À l’écoute des propos du premier ministre, hier soir, il ressort que les « bureaux de tabac et de presse » comptent parmi ces « lieux recevant recevant du public » qui restent indispensables à la vie du pays (voir 14 mars).

•• Au même titre que les magasins alimentaires, pharmacies, banques ou encore stations-essence.

Et à la différence des autres commerces (tous secteurs), des bars, des discothèques et des cinémas, désignés par le Premier ministre comme « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ». Et donc appelés à rester fermés jusqu’à nouvel ordre.

•• La responsabilité en est d’autant plus importante pour le réseau des buralistes (comme ces derniers jours, la Confédération va communiquer, autant que nécessaire, par mails avec eux / Le Lien):

il faut continuer à assurer l’activité (tabac, jeux, presse, autres produits de diversification et à emporter), courageusement, en respectant toutes les règles d’hygiène, de gestes-barrière et de distance entre individus, recommandées avec insistance par les autorités;

alors que les établissements ayant l’activité bar-brasserie sont contraints de neutraliser l’espace qui y est consacré : pas de service, pas de présence. Cet espace doit rester fermé.

En un mot, continuer à assurer le lien social au sein d’une population appelée à se confiner, à l’occasion d’un événement historique.

Un rôle qui s’avère plus que jamais d’utilité locale.