Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
31 Mar 2020 | Profession
 

« Il faut que nous continuions à être présents sur le terrain » assure Alain Vieilledent (président de la chambre syndicale des buralistes de l’Aveyron) à Centre Presse Aveyron.

« Tous les buralistes ont conscience du problème … on fait comme on peut, avec les moyens du bord » poursuit-il, en listant les différents dispositifs (masques, vitres de plexiglas, produits de désinfection) déployés au gré des établissements, à la charge des buralistes.

•• Après la frénésie de la première semaine de confinement, l’activité a fortement baissé ces derniers jours. Surtout pour ceux qui faisaient, par ailleurs, bar ou brasserie, comme Alain Vieilledent (buraliste à Espalion). Il affirme être passé d’une recette de « 250 à 300 euros par jour » à « une douzaine de cafés à emporter » aujourd’hui.

•• « Il faut continuer à être là, il faut jouer le jeu, pour nous protéger et protéger les clients » conclut le président. Même si « certains n’ouvrent que le matin, voire jusqu’à 13 heures, pour vendre la presse ».