Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Avr 2020 | Trafic
 

Si les buralistes français se réjouissent du retour des fumeurs, les vendeurs de tabac belges, en toute logique, accusent le coup.

À la tête de la station-service familiale située à quelques mètres de la frontière franco-belge, à Erquennes, la gérante estime que « depuis le 17 mars, j’ai perdu environ 80 % de mon chiffre d’affaires » selon La Voix du Nord. Ici, les contrôles de polices sont quasi-quotidiens pour limiter les passages transfrontaliers au strict nécessaire. Donc, beaucoup moins de clients.

Car, au jeu du chat et de la souris, certains clients français tentent, quand même, encore leur chance et font le plein. « Les gens me font de grosses commandes, récemment j’ai quelqu’un qui m’a acheté pour 1 300 euros de tabac ».

Mais avec une amende fixée à 200 euros, beaucoup ne préfèrent pas prendre le risque. Et se replient vers les buralistes.