Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Avr 2019 | Trafic
 

Les douaniers de la Direction régionale de Paris Ouest (Corbeil-Évry) et de la Brigade de Surveillance extérieure (BSE) de Dieppe ont réalisé, entre fin mars et début avril, une série de saisies – soit deux tonnes de cigarettes – correspondant aux activités d’un même réseau mafieux. 

Selon les informations du Figaro, les contrebandiers dissimulaient leur butin dans des cartons métalliques bleus … imitant des postes à souder, jusqu’au cordon électrique et interrupteur.

•• La première opération a eu lieu le 22 mars : les douaniers de Corbeil-Évry ont découvert 600 kilos de cigarettes, de différentes marques, à l’occasion d’un contrôle dans une entreprise de messagerie postale.

Quatre jours plus tard, une nouvelle saisie de 441 kilos a été effectuée, dans le cadre d’un même mode opératoire. Le 1er avril, ce sont encore 41,4 kilos de tabac qui ont été saisis. Même type de caches.

•• La veille, la BSE de Dieppe avait procédé à la saisie de 1,1 tonne de cigarettes dans un ensemble routier, à l’embarquement d’un ferry à destination de la Grande-Bretagne. Le butin était, là encore, dissimulé dans de faux postes à souder.

•• Les enquêteurs ont vite découvert que ces mystérieuses boîtes bleues – les faux postes à souder – venaient toutes du même endroit : de la province du Hunan, dans le sud-est de la Chine.

Et il s’avère que ces cigarettes avaient été d’abord transportées par voie aérienne jusqu’à Barcelone pour être dispatchées en plusieurs points : particulièrement le Royaume-Uni. L’organisation mafieuse à l’origine de ces expéditions agissant aussi à l’échelle européenne, toujours selon Le Figaro.