Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Août 2020 | Trafic
 

Le présumé contrebandier de tabac retrouvé mort dans la principauté pyrénéenne d’Andorre, près de la frontière française, la semaine dernière, était Camerounais et vivait à Toulouse, a indiqué ce mardi 4 août la police andorrane, selon l’AFP (voir 3 août 2020).

Cet homme de 38 ans avait d’abord été présenté comme « Africain et résidant dans le sud de la France », mais la coopération entre les polices française et andorrane a permis d’établir son identité grâce à ses empreintes digitales.

•• Il a très probablement glissé sur une congère et fait une chute mortelle d’environ 50 mètres près des lacs de Tristaina, à environ 2.300 mètres d’altitude, à quelques kilomètres du département de l’Ariège. Le corps a été découvert jeudi et personne n’est jusqu’à présent venu le réclamer auprès de la morgue. Les autorités andorranes tentent d’entrer en contact avec sa famille.

•• La police andorrane enquête sur les circonstances de la mort du passeur, notamment pour savoir s’il était seul ou accompagné et à quel réseau de contrebande de tabac il était lié.

Fin octobre 2018, un Algérien de 20 ans suspecté d’être un passeur de cigarettes de contrebande avait été découvert mort par hypothermie par les douaniers français dans les Pyrénées-Orientales, à moins de 3 kilomètres de la ville andorrane du Pas de la Case. Il résidait de manière illégale dans le sud de la France (voir 9 novembre 2018).

Le trafic de tabac entre la France et Andorre est important en raison d’une fiscalité plus avantageuse sur les paquets de cigarettes dans la principauté. Les passeurs sont souvent des jeunes clandestins originaires d’Afrique, conclut l’AFP (voir 2 juillet 2020 et 17 octobre 2019).