Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Fév 2021 | Observatoire
 

Alors que la mission parlementaire sur le cannabis, présidée par le député LR Robin Reda (Essonne), vient de publier un rapport en vue d’une réglementation du CBD favorable à l’implication des buralistes sur ce marché (voir 10 et 11 février 2021), on sait qu’elle vient aussi de lancer une consultation citoyenne – accessible par le site de l’Assemblée nationale – sur le cannabis récréatif (voir 14 janvier et 6 février 2021).

Consultation ouverte à tous jusqu’au 28 février.

•• Une question y est posée sur le mode de distribution du cannabis récréatif (dont le CBD est bien différent, rappelons-le) dans l’hypothèse d’une légalisation. Parmi les options clairement proposées : les bureaux de tabac.

Même si tout cela n’est que purement indicatif, on sait que l’enjeu de la distribution pèsera sur une éventuelle future législation. Et sur sa probabilité à moyen terme.

•• D’après nos informations, les partisans d’un marché libre (sans distribution réglementée) sont particulièrement à la manœuvre sur le sujet. Et suscitent la remontée de réponses. Guère favorables à une distribution réglementée par un réseau déjà organisé en termes de traçabilité et de contrôle par une tutelle.

•• Ce n’est pas un hasard si le think-tank Génération Libre, de Gaspard Koenig (voir 25 janvier 2018), vient de publier un rapport « Pour un marché libre du cannabis en France ».

Parmi ses propositions : « une distribution légale de cannabis ouverte à tous, sans limitation arbitraire du nombre de points de vente ;

. « le cannabis doit pouvoir être vendu dans des boutiques spécialisées ou au sein de super ou hypermarchés avec des comptoirs spécialisés ;

. « les commandes en ligne avec livraison à domicile devraient également être autorisées.

« On estime que 200 000 personnes travaillent actuellement pour des organisations de revente de cannabis. Il convient donc de penser un cadre juridique adapté pour la situation de ces personnes afin de les réintégrer dans le marché licite. »

Une offensive argumentée.