Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Oct 2017 | L'essentiel, Profession
 

•• L’élection de Philippe Coy à la tête de la Confédération annonce un nouveau cours dans l’histoire de la Confédération, même si la complexité des problèmes se posant aux buralistes reste la même.

•• Le score est sans appel : 55 % au premier tour pour Philippe Coy, 37 % pour Jean-Luc Renaud, 8 % pour Laurent Mazal. Ce qui assure au nouveau président une crédibilité certaine quant à sa représentativité.

Surtout que Jean-Luc Renaud l’a assuré immédiatement de son soutien, annonce accueillie par une longue ovation.

 Philippe Coy a toujours mis en avant sa volonté d’assurer une place plus effective à « la France des buralistes des territoires » dans la gouvernance de la Confédération. Avec plus de pouvoirs et de moyens aux vice-présidents.

Il a déjà fait part à ses collègues que son choix se portait sur Sophie Lejeune (présidente de la chambre syndicale de l’Hérault / Béziers) pour la charge de secrétaire générale et sur Alain Sauvage (président de la fédération des buralistes de l’Est) pour la fonction de trésorier.

 Pendant sa campagne, Philippe Coy s’est voulu porteur d’un projet de transformation du métier de buralistes (avec un équilibre entre un axe syndical et un autre entrepreneurial) qui va l’amener nécessairement à revisiter les relations entre le réseau et ses partenaires. Assez vite.

•• Buraliste à Lescar (près de Pau), Philippe Coy est président de la chambre syndicale des Pyrénées-Atlantiques/Béarn-et-Soule depuis 2003. Élu administrateur de la Confédération en 2004, il accède au poste de vice-président de la Confédération en 2010.

Philippe Coy est président du directoire de la Coopérative des buralistes, dont il a assuré le fonctionnement et le développement ces dernières années.

•• Avant la partie statutaire de ce matin, le Congrès aura connu aussi un grand moment d’émotion en prenant connaissance d’un message vidéo de Pascal Montredon, en guise de départ : « j’avais toujours dit que je redeviendrai simple buraliste, c’est le cas. »

« Jusqu’à demain soir, ce congrès restera celui de Pascal » devait reprendre, après la proclamation des résultats, le nouveau président de la Confédération.