Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Nov 2018 | L'essentiel, Profession
 

Comme le temps passe … Comme il s’accélère, même. 

Telle est la réflexion qui a dû traverser l’esprit de plus d’un participant au traditionnel congrès de la Fédération du Nord des buralistes, ce dimanche 4 novembre à Saint-Amand-Les-Eaux.

Congrès qui s’est prolongé par la 2ème édition des Trophées des buralistes du Nord dont les lauréats ont été élus par un vote organisé régionalement, sur les réseaux sociaux.

L’année dernière, le congrès s’était tenu dans le même lieu, le 5 novembre exactement (voir Lmdt du 6 novembre 2017).

•• Béatrice Descamps (députée UDI/ Les Constructifs) a expliqué comment – forte de ses contacts avec les buralistes du Nord, rencontrés sur place il y a un an – elle a vu les lignes bouger en matière de renforcement des sanctions contre les trafics, petits ou grands, de tabac : « mes propositions ont servi d’alerte tant auprès du Gouvernement que de mes collègues parlementaires. »

De fait, depuis la Loi contre la Fraude de Gérald Darmanin, promulguée le 23 octobre, non seulement les sanctions en cas de transport excessif de tabac par les particuliers sont renforcées (elles sont littéralement doublées) mais les règles d’application de celles-ci sont claires et facilement opérables par les douaniers et forces de l’ordre (voir Lmdt du 19 septembre). Depuis un an, cela a changé.

•• Simon de Cressac (Directeur régional de la Douane) s’était retrouvé sous la pression de la salle, inquiète devant le déferlement du marché parallèle, il y a un an. Depuis, la lutte contre la contrebande de tabac est devenue une priorité de premier plan pour l’administration douanière. Des bilans très réguliers sont présentés. Une communication sur chaque affaire significative est établie.

Et le Directeur a commenté, devant une salle attentive, quelques exemples spectaculaires sur écran. La politique de la Douane, en la matière, est devenue lisible pour les buralistes. Depuis un an, cela changé.

•• Philippe Coy était venu il y a un an, juste après son élection, avec ce qui n’était encore qu’un programme électoral et une promesse de négociation. Depuis le protocole avec le Gouvernement, la FDJ et Logista a été signé (voir Lmdt du 4 février). Et le fonds de transformation des buralistes est en train de devenir réalité (voir Lmdt du 18 octobre).

Il s’est vraiment passé beaucoup de choses en un an.