Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Mar 2017 | Profession
 

La deuxième partie du séminaire de la Confédération des buralistes (voir Lmdt du 2 mars) s’est traduite par une séance de travail en ateliers sur un thème très général : « Objectif modernisation ».

• En fait, une grande réflexion collective, entre tous les présidents de chambres syndicales, sur une redéfinition de ce singulier réseau de 25 000 commerces de proximité accueillant 10 millions de clients : quel est l’ADN de la profession au regard d’autres réseaux de proximité ? ; vers de nouvelles relations avec les partenaires/fournisseurs ; comment harmoniser la communication dans et à l’extérieur du point de vente? ; les multiples sources de la diversification … Autant d’exemples de ces sujets précis qui ont été débattus au cours d’une séquence de restitution très interactive et animée.

 Comme devait le confirmer Pascal Montredon dans son message final : « oui, nous engageons la reprise en main du réseau par les buralistes, pour les buralistes et avec les buralistes (…) Nous allons engager un mouvement qui va en surprendre plus d’un (…) En un mot, ce que nous avons réussi avec le Compte Nickel, nous allons le réussir dans d’autres domaines de la profession (…)

• « Notre organisation doit toujours marcher sur ses deux jambes : syndicale et commerciale. Nous allons donc, en parallèle de notre grand projet de reprise en main du réseau :
• étoffer nos relations exigeantes avec La Poste ;
• veiller à la sécurité de nos collègues ;
• anticiper par rapport à l’évolution du modèle des jeux, en particulier de la FDJ, alors que nous ne lâcherons rien concernant les implantations exotiques ;
• mettre en application notre plan de bataille pour obtenir une véritable politique de lutte contre le marché parallèle, coordonnée, inscrite dans le temps et avec des objectifs.

 « Nous allons bien sûr interpeller les candidats à l’élection présidentielle et aux législatives (…) Et profitons-en pour leur rappeler tout le mal que nous pensons du paquet neutre dont nous sommes les seuls victimes, alors qu’aucun de nos voisins européens n’y pensent (…) Montrons que nous avons eu raison de nous battre contre le paquet neutre que des politiques nous ont imposé et d’autres ont permis, faute de s’être mobilisés (…) Nous n’accepterons jamais cette fatalité et tous les politiques, quels qu’ils soient, doivent savoir qu’il en coûte, tôt ou tard, de se mettre le réseau des buralistes à dos ».

 « Un programme chargé, donc, nous attend. Et tout cela, mes chers collègues, c’est le signe du dynamisme de notre profession ».