Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Mar 2018 | Profession
 

Oui, des surprises, avec ce début du cycle des « Journées de la Transformation #buralistes2021 », initié à Tours, ce lundi (voir Lmdt du 5 mars).

Première étape parfaitement et rapidement organisée par Matthieu Meunier (président de la chambre syndicale d’Indre-et-Loire) avec Jean Durand (président de la fédération Centre, Val-de-Loire) et Pascal Barraud (président du Loir-et-Cher).

•• Surprise … pour les élus politiques, venus à la rencontre de Philippe Coy : ils s’attendaient à être interpellés à propos de l’actualité du sujet tabac et c’est, avant tout, sur la place du commerce de proximité dans les territoires qu’ils ont eu à discuter.

La députée Sophie Auconie (Les Constructifs / tombeuse de Marisol Touraine, en juin dernier, voir Lmdt des 18 juin, 27 septembre et 4 décembre 2017) et le sénateur LR Serge Babary (ancien maire de Tours) ont salué la « direction conquérante » prise par la Confédération et ont suscité, par leurs questions, un débat sur les complémentarités et … concurrence entre réseaux postaux et des buralistes.

Serge Babary s’est préoccupé aussi des problèmes de sécurité du réseau. Sophie Auconie est revenue sur les contradictions entre prix du tabac et pouvoir d’achat des plus modestes.

•• Surprise … pour la grosse soixantaine de buralistes qui ont rempli la salle de la réunion : on leur a demandé de prendre la parole en premier … et en dernier. Pour présenter leur établissement et poser brièvement leur histoire de buralistes, d’abord.

Alors que les échanges, entre collègues, ont rebondi ensuite sur ce qu’attendent les uns et les autres du Fonds de Transformation des buralistes.

Ambiance quasi-familiale et prise de paroles totale entre buralistes de la ville et de la campagne. Dans une bonne ambiance. Pas de grand-messe. Ni vaines querelles de chapelles.

•• Surprise … pour les intervenants de la Confédération : Philippe Coy, Sophie Lejeune (secrétaire générale) et Sylvain Heubert (directeur).

Ils avaient préparé leurs fiches sur le paquet à 10 euros et des argumentaires sur le résultat des dernières négociations avec le Gouvernement, la FDJ et Logista …

Mais leurs interlocuteurs les ont interrogé – d’emblée et exclusivement – sur le remodelage des points de vente, de nouveaux concepts, la mise en place d’audits (type « Buralcoach »), des aides à l’investissement, l’exemple de la mutation des boulangers, Promodern, la création d’une nouvelle identité réseau … et bien sûr, le développement du vapotage chez les buralistes.

Le paper-board s’est vite rempli.

Ultime surprise : un quart des participants présents n’avait jamais mis les pieds dans une assemblée générale de buralistes, auparavant.