Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Juin 2018 | Observatoire
 

La Banque postale se dote d’une nouvelle filiale bancaire qui ciblera principalement les jeunes. Le lancement est prévu au printemps 2019. 

Le groupe a présenté en interne, le mardi 12 juin, le plan de marche du nouvel établissement baptisé « Ma French Bank », selon Le Monde (édition papier 19 juin)

•• Contrairement aux nombreux établissements de paiement qui ont vu le jour ces dernières années, comme Compte-Nickel (groupe BNP Paribas / Confédération) ou Fidor (groupe BPCE), Ma French Bank  dispose d’un agrément auprès de la Banque centrale européenne en janvier.

Ce qui lui permettra de proposer, outre le compte courant, des crédits renouvelables et des produits d’assurance. Mais tous ne seront pas disponibles dès le lancement.

•• Ma French Bank prévoit de coller aux standards – initiés par Nickel – d’une néobanque de dernière génération (utilisée sur smartphone) : ouverture du compte en ligne en 10 minutes, transactions en temps réel… tous les services seront disponibles sur mobile et le client pourra payer avec son téléphone. Le compte courant fonctionnera avec une carte bancaire à autorisation systématique, sans découvert autorisé.

•• Le document de présentation de Ma French Bank indique qu’il sera également possible d’ouvrir un compte dans un bureau de poste. Ce service sera dans un premier temps disponible dans 1 000 bureaux, qui seront en mesure de remettre immédiatement une carte bancaire aux nouveaux clients.

L’offre proposera aussi un service clients accessible par téléphone et par chat en ligne, un agrégateur de comptes, du paiement de personne à personne, un accès à la plate-forme de financement participatif KissKissBankBank (rachetée par La Banque postale en juin 2017) « et d’autres services bancaires et non bancaires ».

•• Le public « cœur de cible » étant les jeunes de 18 à 35 ans, « actifs et très connectés », « utilisateurs d’outils collaboratifs », « en recherche de bons plans » et « sensibles à la recommandation de leurs pairs ». « Outil de conquête et de fidélisation » pour La Banque postale, Ma French Bank vise 1 million de clients et plus de 100 millions d’euros de revenus à l’horizon 2025.

A titre de comparaison, précise le Monde, treize ans après ses premiers pas dans la banque en ligne, le pionnier Boursorama (groupe Société générale) revendique désormais plus de 1,3 million de clients. Quant à Compte-Nickel, lancé en 2014 avec un service très basique distribué chez les buralistes (un compte et une carte pour 20 euros par an), il recense à ce jour 937 000 comptes, selon le quotidien.

•• Pour ce nouvel établissement, La Banque postale a fait le choix de créer une filiale, qu’elle détient à 100 %. Ma French Bank s’est équipée d’un système d’information autonome auprès de la banque polonaise mBank, pour contourner les lourdeurs de l’informatique du groupe et bénéficier d’un outil en temps réel.

La banque, basée à Paris, s’appuiera en effet sur un service clients installé à Lille, aux horaires élargis, de 8 heures à 22 heures, six jours sur sept. Ce centre, chargé d’assister les clients et de traiter leurs dossiers, devrait compter 300 salariés d’ici à 2025.

•• Pour La Poste, Ma French Bank doit permettre de « répondre à une digitalisation croissante des modes de consommation bancaire » et de « contrer l’arrivée de nouveaux modèles » bancaires proposés par les agrégateurs, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) ou les opérateurs télécoms.

•• Reste que la plupart des clients fragiles du groupe public n’y trouveront pas leur compte, toujours selon Le Monde, puisque le nouvel établissement ne permettra ni de retirer ni de déposer du cash dans un bureau de poste, ni même d’y remettre des chèques.

Les ouvertures de compte se feront sans conditions de ressources, mais les personnes en situation d’interdit bancaire n’y auront pas accès … alors qu’ils peuvent être clients chez Compte-Nickel.

•• La future banque mobile du groupe La Poste ne communique pas encore sur ses tarifs, une source précise qu’ils « seront dans le marché et en rapport avec les attentes d’une clientèle jeune ».