Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Juil 2019 | Profession
 

L’Est Républicain a consacré une double page au Compte Nickel des buralistes dans la Meuse qui y compte 23 points de vente et 1 419 comptes ouverts.

Deux témoignages. Un jeune couple de buralistes à Commercy qui ne regrette pas son choix et dont la borne est l’une des plus actives du département. Le commentaire de François Mercier, président de la chambre syndicale des buralistes du département.

•• « On est content de s’être lancé là-dedans » lâche Sophie Simon, la gérante du tabac-presse repris en septembre 2017, qui a opté pour Nickel il y a moins d’un an. Le mari, confirme que 52 comptes ont été ouverts chez eux en dix mois. Être point Nickel est une activité annexe : « on n’a pas l’impression de passer pour un banquier, c’est un service pour nos clients ». Qui s’ajoute à la vente de boissons ou du café à emporter mais aussi d’e-liquides.

À Commercy, le total des dépôts quotidiens oscille entre 500 et 1 000 euros. « Des gens nous téléphonent pour ça et n’hésitent pas à faire des kilomètres notamment le dimanche pour le compte Nickel » Et les ventes additionnelles ne sont pas rares.

•• « Ce n’est pas qu’être intermédiaire financier » commente François Mercier. « Le buraliste est fort de son statut. C’est déjà un préposé de l’administration : les timbres amendes, les timbres fiscaux, etc. Ça amène un crédit à nos interlocuteurs. Nous sommes des intermédiaires de choix, les établissements financiers le savent. Le Compte Nickel permet de faire les transactions générales : les gens peuvent déposer ou retirer de l’argent chez le buraliste. Ce sont les opérations courantes.

« On est reconnu comme le premier commerce de proximité en zone rurale et en centre bourg. Le dernier commerce qui reste, c’est souvent le tabac du coin. C’est un commerce qui a un avenir capital. Le buraliste offre une multitude de services ».

•• Et d’ajouter à propos de la Transformation : « pour certains, la vente du tabac fait l’essentiel du chiffre d’affaires, avec la petite presse. Ce sont des activités anciennes. Le fonds de Transformation c’est pour pouvoir appréhender tous les changements

« C’est un métier qui se transforme. On tend à se développer vers des produits de substitution comme la vape ou le tabac chauffé ».