Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Nov 2018 | Profession
 

Jérôme Calot, directeur Marketing de Nickel, assure que les « bugs » sur les virements sont résolus, les grosses migrations techniques étant terminées pour cette année (voir Lmdt du 13 novembre). Reste que la grogne subsiste chez certains clients, évoquée par La Tribune.fr de ce 13 novembre.

•• Sur les réseaux sociaux notamment, un compte Twitter au nom de Vincent Mallard a interpellé, à plusieurs reprises, Nickel pour lui demander le remboursement d’une somme qui lui serait due depuis plus de deux mois. Une pétition a été lancée, le 17 octobre dernier, qui a recueilli environ 200 signatures à ce jour, pour demander réparation.

À l’origine de cette initiative, Nicolas Lucchini, client de Nickel, qui s’agace contre ces « bugs » récurrents, « sachant que la plupart des clients allant vers ces néobanques sont des clients à situation financière précaire ».  Les signataires ont évoqué différentes situations concernant les problèmes rencontrés avec Nickel.

Plusieurs clients de Nickel, victimes d’une fraude à la carte bancaire, avaient également alerté 60 Millions de consommateurs pour dénoncer le « délai anormalement élevé » de remboursement (voir Lmdt du 13 octobre).

•• La direction de Nickel tient à relativiser l’ampleur des incidents : quelques centaines de personnes concernées. « En interne, nous avons mobilisé toutes les ressources nécessaires pour régler ces problèmes. […] Si des retards d’intégration de virements ont causé des frais d’incident, nous serons prêts à étudier de manière individuelle les réclamations et faire un geste commercial aux clients qui ont reçu des pénalités liées à Nickel », assure Jérôme Calot.

•• Autre problème. La croissance du nombre d’ouvertures de comptes a notamment généré un afflux d’appels supplémentaires, avec désormais « près de 200 000 sollicitations par mois », relève le directeur marketing.

« Il est vrai que dans ces conditions de croissance, rester disponible pour les clients est un véritable challenge. C’est pourquoi nous avons accéléré le développement de nos équipes. Entre août et la fin d’année, nous aurons triplé nos capacités de réponse par téléphone et en ligne pour nos clients », assure-t-il.