Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Oct 2018 | Profession
 

Le magazine 60 millions de consommateurs rapporte, ces jours-çi, que la grogne est en train de monter chez les utilisateurs de certaines néo-banques : du fait de « leur manque d’expérience pour gérer le flux des réclamations ». Dans le viseur Nickel et N26.

•• En ce qui concerne la première, plusieurs clients victimes de fraude à la carte bancaire se sont plaints, auprès du magazine, de délais trop longs de remboursement. Un délai qui monte parfois jusqu’à 120 jours, soit quatre mois.

Sur son compte Twitter, Nickel confirme, lui-même, ce délai de traitement.

Mais le magazine rappelle que ce délai n’est pas légal, si l’on s’en réfère au Code monétaire et financier. Code selon lequel une banque, quelle qu’elle soit, est tenue de procéder au remboursement du « montant de l’opération non autorisée immédiatement après avoir pris connaissance de l’opération ou après en avoir été informée, et en tout état de cause au plus tard à la fin du premier jour ouvrable suivant ».

•• Contacté par 60 millions de consommateurs, Nickel reconnaît que, par le passé, elle n’avait pas respecté le délai imposé par la loi. La faute, dit-elle, à un prestataire qui n’arrivait pas à mener dans les temps les vérifications nécessaires lors d’un dépôt de plainte.

Nickel affirme toutefois que tout est rentré dans l’ordre au 1er octobre : « désormais, Nickel rembourse immédiatement les clients en avançant les fonds pour respecter la réglementation ».

•• Chez N26, le service client a été saturé après l’envoi d’un mail informant des clients de la clôture, sans préavis, de leur compte et du blocage de leur application mobile.

La banque s’est appuyée sur une clause de son contrat prévoyant la résiliation avec effet immédiat, si le client a donné « des informations incorrectes relatives à son patrimoine ».