Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Sep 2019 | Profession
 

Vendre uniquement la presse, les jeux de hasard et des cigarettes … oui, mais. Depuis un moment déjà, la survie des buralistes passe par autre chose : l’élargissement de l’offre et la Transformation. Exemples à l’appui en Haute-Loire dans Le Progrès (édition 23 août).

Le rôle des buralistes va s’étoffer un peu plus dans un avenir proche, avec le paiement de certains impôts et la vente de billets de train (voir Lmdt des 28 et 8 juillet). Mais déjà, beaucoup font office de points relais pour les livraisons de colis et certains tiennent aussi un rôle s’approchant du banquier.

Dans le département, dix-sept buralistes sont « Compte Nickel », offre qui a séduit 1 400 clients.

•• À Yssingeaux (à une cinquantaine de kilomètres de Saint-Étienne) la « Maison de la presse » est le seul commerce de la sous-préfecture à proposer « Nickel ».

« Cette diversification est une obligation » indique Emmanuel Souvignet, équipé d’une borne depuis un peu plus de trois mois. Et cela fonctionne : 22 comptes ont déjà été créés. « C’est super-sécurisé. Je suis le seul à pouvoir ouvrir, faire les dépôts ou les retraits. Au moins, il n’y a pas d’embrouilles. 

« Ce n’est pas ça qui va faire bondir le chiffre d’affaires, tout comme le retrait de colis ou encore le développement des photos. C’est un service qu’on rend. Les gens viennent et savent à qui s’adresser. C’est un plus parce que le bureau de tabac est ouvert quasiment sept jours sur sept avec des amplitudes horaires qui arrangent la clientèle. »

•• Au lancement de Nickel, en 2014, le tabac-presse « La Civette » au Puy-en-Velay a été le premier en Haute-Loire à proposer l’ouverture de comptes « Nickel ». Depuis, près de 700 ont été créés. « Ce n’est pas une opération lucrative pour nous (…) Mais, au même titre que le point relais pour les colis, c’est un service supplémentaire rendu à notre clientèle. C’est comme cela qu’il faut le voir » sourit Nicole Cordier.

« Par contre, nous sommes en première ligne lorsqu’il y a un problème. Ce n’est pas facile de faire comprendre que nous ne sommes que des intermédiaires, et que nous ne pouvons pas intervenir sur les comptes. Il nous est déjà arrivé d’essuyer des insultes. » (Voir Lmdt des 22 août et 22 juillet).