Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Juil 2018 | Observatoire
 

De plus en plus pris pour cible par des militants « vegan », les professionnels de la viande lancent aux autorités un appel à l’aide. Ce mardi 3 juillet, la CFBCT (Confédération française de la Boucherie, Boucherie-charcuterie, Traiteurs) devrait être reçue Place Beauvau. Par crainte que « cela ne dégénère ». 

En un an, une centaine de boucheries à travers la France auraient vu leur vitrine souillée.

•• Depuis quelques semaines, la violence est montée d’un cran. Les commerces de viande sont devenus la cible de jets de pierres, alors qu’auparavant les « associations anti-spécistes » se contentaient de mettre du faux sang, soit sur les vitrines des boucheries soit devant, sur le trottoir. « Les propos inqualifiables d’une militante vegan à la suite de l’assassinat du boucher de Super U ont entraîné une recrudescence des actes hostiles à notre égard. C’est intolérable. Depuis trente et un ans que j’exerce le métier, je n’ai jamais vu cela » constate Jean-François Guihard, président de la CFBCT.

•• Une situation suffisamment inquiétante pour que la profession – qui compte 18 000 artisans bouchers dans toute la France et emploie 80 000 personnes – tire la sonnette d’alarme auprès des pouvoirs publics.« Nous comptons sur vos services et sur le soutien de l’ensemble du Gouvernement  pour que cessent, le plus rapidement possible, les violences physiques, verbales, morales », exige Jean-François Guihard dans un courrier adressé au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, le 22 juin. « Les vegans ne sont que 200 000 en France. On ne peut pas laisser une minorité imposer sa loi. 97 % des Français mangent occasionnellement ou régulièrement de la viande et doivent pouvoir continuer à le faire en toute liberté » renchérit-il.