Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Dans le numéro de novembre du Losange, le directeur marketing de BAT France, Javier Alvarez Ballespin, revient sur la façon dont le fabricant envisage la fin de la commercialisation des menthols, dans toute l’Union européenne, au 20 mai 2020.

Sur le marché du menthol en France ?

Javier Alvarez Ballespin : « En France, le menthol représente environ 8 % du volume total des ventes. Chez BAT, la part que représente le menthol dans notre portefeuille est plus importante et s’élève à environ 27 % de nos ventes totales (…)

Sur l’interdiction de la commercialisation des cigarettes mentholées dans l’Union européenne au 20 mai 2020 ?

• J. A. B. : « J’entends bien qu’il y a de l’appréhension chez nos clients (…) Et certaines peurs sont réelles, car cette réglementation s’appliquera à l’Union européenne et non à toute l’Europe. L’Andorre ou la Suisse, par exemple, continueront donc à commercialiser des produits mentholés (…)

« Il y a la possibilité d’offrir des solutions aux consommateurs en leur proposant, par exemple, de basculer vers un produit à moindre risque comme la cigarette électronique arôme menthe.

Sur les retours du Canada, premier pays à bannir le menthol des linéaires, en 2017 ?

J. A. B. : « Les études réalisées dans d’autres marchés, par exemple le Canada, nous enseignent qu’il y a en réalité très peu de fumeurs qui se désengagent totalement du tabac. Il faut également remarquer, que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les fumeurs de menthols ne s’orientent pas davantage vers une alternative light ou extra-light.

« Mais en tant que buraliste, ce qu’il faut garder en tête, c’est qu’à partir du 20 mai 2020 ces consommateurs adultes vont chercher à expérimenter d’autres produits et alternatives. »