Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Selon des premières « fuites », la cigarette électronique pourrait faire l’objet d’un certain encadrement si devaient être suivies les recommandations du rapport de la DGS qui va être présenté, ce mardi 28 mai, à Marisol Touraine : interdiction de « vapoter » dans les lieux publics ; vente dans des « établissements agréés » (mais pas forcément les buralistes …) ; accès interdit aux mineurs, etc.

Le professeur Bertrand Dautzenberg (Office français de prévention du tabagisme), en charge du rapport, a confirmé à l’AFP qu’il présenterait une vingtaine de recommandations lors du colloque du Respadd de ce 28 mai au ministère de la Santé (voir Lemondedutabac des 16 et 26 mai). Sans ajouter d’autres commentaires. Il a tout de même précisé que le nombre d’utilisateurs pourrait d’ores et déjà atteindre le million et que cette activité générerait un chiffre d’affaires avoisinant les 100 millions d’euros, équivalent au marché des médicaments de sevrage ou autres substituts nicotiniques.

Parmi les recommandations, figureraient donc l’interdiction dans les lieux publics et l’interdiction de vente aux mineurs. A cela, s’ajouterait la vente dans des « établissements agréés » (sans préciser leur nature exacte, mais d’après nos informations il n’y aurait pas forcément d’exclusivité pour les buralistes). Par ailleurs, les règles s’appliquant à la publicité pour le tabac devraient être transposées à la cigarette électronique.

Enfin, les recommandations incluraient l’obligation pour les fabricants d’apporter la preuve de l’innocuité des arômes utilisés et de limiter la quantité de nicotine utilisée à 18mg/ml contre une concentration maximale actuelle de 20 mg/ml.