Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Sep 2019 | International, Profession
 

« La cession doit garantir la continuité sur le long terme : Scandinavian Tobacco Group souhaite reprendre le fabricant de cigares Royal Agio Cigars ». Tel est le titre d’un communiqué, diffusé ce lundi, et que nous reproduisons intégralement.

« Scandinavian Tobacco Group A/S, société danoise cotée au Nasdaq Copenhague, est parvenue aujourd’hui à un accord de principe avec les associés de de Royal Agio Cigars pour le rachat de 100 % de parts sociales de l’entreprise familiale néerlandaise. Le projet de reprise doit encore être soumis à l’autorité européenne de la concurrence pour approbation et aux comités d’entreprise pour consultation.

•• « Les associés de Royal Agio Cigars estiment que le projet de reprise est dans l’intérêt de la continuité sur le long terme des activités et des marques de l’entreprise familiale fondée en 1904. La combinaison de portefeuilles de produits rassemblera des marques renommées et très appréciées, commercialisées dans le monde entier. Les parties pensent finaliser la transaction au cours du premier semestre 2020.

« Avec un chiffre d’affaires de 133 millions d’euros en 2018, Royal Agio Cigars, connu entre autres, sous les marques de cigares Agio, Balmoral, Panter et Mehari’s, fait partie des quatre plus grands fabricants de cigares au monde. L’entreprise emploie 3 200 personnes environ dans le monde entier. Elle a ses propres fabriques aux Pays-Bas, en Belgique, au Sri Lanka et en République dominicaine ainsi que ses propres réseaux commerciaux au Benelux, en France, en Allemagne, en Italie et aux États-Unis d’Amérique.

•• Boris Wintermans (photo ci-dessus), CEO de Royal Agio Cigars, explique « cette décision n’a pas été facile à prendre. Nous avons une entreprise extraordinaire avec des collaborateurs très motivés et des partenaires commerciaux fidèles, certains travaillant avec nous depuis plus de 50 ans. Mais la combinaison des deux entreprises sera en meilleure position pour faire face aux conséquences financières de l’alourdissement des législations et réglementations. Nous sommes responsables de la continuité d’Agio et cette décision était, à nos yeux, inévitable sur le long terme. Lorsque le candidat à la reprise s’est manifesté, nous avons entamé des discussions constructives sur les avantages et la résilience que nous pourrions tirer de ce regroupement d’activités ».

•• « Le danois Scandinavian Tobacco Group A/S, coté depuis 2016 au Nasdaq Copenhague (anciennement Bourse de Copenhague), est un producteur de cigares et de tabac et pipe à rouler d’envergure mondiale. Son portefeuille compte plus de 200 marques de renommée mondiale (dont La Paz, Café Crème, Cohiba, Macanudo et W.O. Larsen) ainsi que plusieurs solides marques locales.

« Le groupe emploie 7 650 personnes, essentiellement en République dominicaine, au Honduras, au Nicaragua, en Indonésie, en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Canada et aux États-Unis d’Amérique.

•• Niels Frederiksen, CEO de Scandinavian Tobacco Group, ajoute « avec des marques complémentaires et une implantation géographique qui s’articule très bien à la nôtre, Royal Agio est le partenaire idéal pour nos activités actuelles. Je suis à la fois très heureux et très fier de ce pas important dans le processus de reprise. Royal Agio est une entreprise gérée avec excellence, qui se distingue par des marques superbes, une culture d’entreprise solide et une riche histoire.

« J’attends avec impatience le moment où je pourrai diriger notre entreprise combinée, qui offrira à nos clients, partout dans le monde, un choix très attractif de cigares de la meilleure qualité. »

•• Pour la période à venir, la devise à tous les niveaux de l’entreprise sera « business as usual ». « Nous souhaitons un dialogue constructif avec les comités d’entreprise et les représentants du personnel au sein de notre entreprise et, bien entendu, mettons en œuvre une communication extrêmement soigneuse avec nos collaborateurs » conclut Boris Wintermans.