Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Juin 2020 | International
 

Bienvenue dans l’ère post-Coronavirus : un projet d’appli qui classe les citoyens en fonction de leur hygiène de vie suscite un rare tollé (pour ce pays) en Chine … autour de la protection de la vie privée. Notamment, celle du fumeur. 

•• La métropole de Hangzhou – sur la côte de la Chine orientale (près de 10 millions d’habitants) – est l’une des premières en Chine à adopter ce type de système de détection qui fournit un code vert, orange ou rouge autorisant ou non son utilisateur à emprunter les transports en commun ou à accéder à des espaces publics.

Mais la ville ultra-connectée pousse désormais le bouchon encore plus loin. Elle envisage de mettre en place une appli qui classerait en temps réel ses 10 millions d’habitants sur une « échelle santé » de 0 à 100 points, selon le site internet des services sanitaires municipaux.

La note peut changer d’un jour à l’autre en fonction des activités de chaque personne, à en croire des captures d’écran de l’appli expérimentale affichées sur le même site.

Fumeurs, attention: à cinq cigarettes par jour, leur score baisse déjà de trois points. Boire un verre de « baijui », la liqueur chinoise, peut vous faire perdre 1,5 point, tandis que dormir sept heures par nuit vous permettrait d’en gagner un.

•• Comment l’appli détermine-t-elle les comportements des utilisateurs et que feraient les pouvoirs publics des renseignements ainsi collectés? La mairie ne le précise pas, indiquant simplement que le dispositif pourrait démarrer dès le mois prochain.

Lawrence Li, spécialiste des questions technologiques et défenseur de la vie privée, espère que l’appli en préparation à Hangzhou sera facultative : « dans le cas du Covid, je pense que les gens étaient d’accord pour participer. Mais si cela devient la nouvelle norme, ce sera une tout autre histoire ».

Le projet d’appli fait couler beaucoup d’encre en tout cas sur les réseaux sociaux depuis qu’il a été dévoilé. « Que je fume, que je boive ou que je dorme ne vous regarde pas » tranche un internaute sur le réseau Weibo. « Il ne nous reste aucune vie privée » déplore un autre commentateur.