Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Juil 2020 | Trafic
 

La police municipale de Châtillon (Hauts-de-Seine) assure désormais une présence quotidienne pour endiguer le trafic aux abords de la station de métro Châtillon-Montrouge – un lieu de revente de tabac privilégié de la banlieue sud (voir 2 décembre 2019) – sur un site qui voit défiler en moyenne près de 20 000 personnes par jour.

Gérald Darmanin s’y était d’ailleurs rendu pour se rendre compte, en compagnie de Philippe Coy, ce début d’année (voir 6 février 2020).

•• Ce mardi 14 juillet au matin – en l’attente d’une transaction pour pouvoir agir en flagrant délit – les policiers municipaux de Châtillon ont interpellé un revendeur de cigarettes aux abords de la station de métro. Dans son sac : 84 paquets prêts à être cédés pour 5 euros l’unité, selon les tarifs habituels de revente à la sauvette.

Le revendeur et sa marchandise ont été mis à la disposition de la police nationale : « on reste dans le cadre des pouvoirs de la police municipale, qui sont les pouvoirs de police du maire » souligne, au Parisien, Stéphane Jacquot, le nouvel adjoint à la sécurité de Châtillon.

•• De fait, la nouvelle majorité de Nadège Azzaz (PS) a décidé, en restant dans le cadre de ses prérogatives, d’utiliser la police municipale pour lutter contre le trafic aux abords de la station de métro.

« Les policiers municipaux y sont présents quotidiennement aux heures de pointe du matin et du soir » reprend Stéphane Jacquot, « l’objectif c’est de reprendre le territoire et de lutter contre ce trafic qui génère de l’insécurité. » Notamment parce que les abords de la station de métro font l’objet d’une guerre de territoire entre revendeurs de tabac (voir 15 mai 2020).