Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Fév 2021 | Profession
 

Sur BFM Business, ce jeudi 18 février, Philippe Coy a évoqué, en direct, l’actualité d’une profession, malgré tout, en mouvement.

• Tabac : « L’année 2020 a été très compliquée comme pour l’ensemble des commerces de proximité, mais pas si mauvaise. 

« Les Français n’ont pas plus fumé mais le premier confinement,  et en particulier le premier confinement a été caractérisé par le fait que l’achat de tabac se faisait uniquement dans le réseau des buralistes et non plus de l’autre côté des frontières. Depuis 15 ans, nous sommes sous l’emprise d’un marché parallèle de plus en plus croissant qui déstabilise notre commerce de proximité.

• Résilience : « Nous avons été résilients et nous sommes restés ouverts pour accompagner les Français avec nos services de proximité. 

• Transformation :  « Le métier est en pleine évolution et nous sommes fiers d’être des buralistes mais nous sommes aussi banquiers, postiers … et l’année dernière, nous avons pris une nouvelle signature : commerce d’utilité locale. 

« Il y a trois ans nous avons lancé ce projet un peu fou contre le paquet à 10 euros pour réinventer et ré-enchanter ce commerce de proximité, repositionner l’offre marchande dans ce lieu de confiance qu’incarne le réseau des buralistes que ce soit en zone urbaine ou rurale …

• Nickel :  « Le Compte Nickel c’est un pari fou que nous avons pris il y a six ans : pouvoir ouvrir un compte bancaire dans un milieu démocratisé, un commerce de confiance. Bientôt 6 000 buralistes agréés … Là où il y a eu de l’audace on a pu ouvrir de nouvelles voies de développement sans renier notre histoire, tout en étant au service des concitoyens et des territoires.

• Centres commerciaux : « Au jour d’aujourd’hui, j’ai une pensée pour les 14 000 bar tabac fermés depuis de nombreux mois, pour nos collègues qui se trouvent dans les centres commerciaux fermés … Mais nous avons aussi un regard vers le futur. D’ailleurs, la signature de 2021 est « Osons demain » … 

• Confédération : « Il a fallu accompagner cette transition, c’est tout le rôle de la Confédération. Depuis trois ans, un plateau de collaborateurs s’y consacre.

• Résultats de la Transformation : « Et c’est 4 000 buralistes qui en 24 mois qui sont entrés dans cette démarche. C’est une réussite puisque nous sommes des commerçants indépendants et non des franchisés. Donc il faut convaincre de l’utilité de la démarche et je rappelle aussi le soutien financier de l’État à la Transformation ».