Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Juin 2018 | Profession
 

Jean-François Seigneur, buraliste à Vire (Calvados), propose depuis quelques jours des produits à base de CBD et à bas taux de THC, moins de 0,2 % (voir Lmdt des 25, 26 et 29 mai 2018). 

En l’occurrence des « fleurs » de la plante, les têtes, à consommer sous forme de thé ou de tisane. Des débuts prometteurs : en cinq jours, il en vendu à près de 50 clients, de moyenne d’âge comprise entre 40 et 60 ans, comme il l’a raconté à France 3 Normandie, le 30 mai.

Chez Jean-François Seigneur, il faut compter entre 35 et 40 euros pour deux grammes de chanvre. « Le produit vient de Suisse, il est importé en France, il y a tout un travail chimique pour s’assurer que sa teneur en THC n’excède pas 0,2 pour cent … »

•• « Ce bar-tabac de Vire est le premier à nous avoir contacté en Normandie mais en seulement quelques jours, on croule sous les demandes d’autres buralistes, près de trois nouveaux contrats par jour » explique Anthony Favreau, commercial chez CBF France Shop, entreprise toute récente qui surfe sur la vague.

•• Mais le lendemain du reportage (soit ce jeudi 31 mai), les policiers ont débarqué dans le bar-tabac-épicerie où ils ont saisi 120 grammes de fleurs pour procéder à des analyses, sur ordonnance du Parquet de Caen. « On n’est pas les dealers du quartier, on a fait les choses dans les règles, on paye une TVA sur ce produit-là, on l’a déclaré, il est dans ma comptabilité, ils ont eu ma facture, ils ont eu les tests de laboratoire, le packaging est conforme aux normes », s’est étonné le buraliste.

Hier, ce vendredi 1er juin, le buraliste a finalement récupéré sa marchandise. Autorisée et prête à la commercialisation.

•• Rappelons que les produits en question (e-liquides, cristaux, parfums, tisanes, …) ne sont pas interdits en France, s’ils contiennent une dose infime de THC, inférieure à 0,2% (voir Lmdt du 30 novembre 2017).