Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Fév 2020 | Observatoire
 

Profitant de la grande incertitude juridique actuelle et sans attendre les conclusions de la Mission d’Information parlementaire qui vient d’être mise en place (voir 23 décembre et 12 juillet 2019) …, de plus en plus de restaurants, bars et acteurs de l’alimentation créent des recettes à base de cannabidiol ou CBD.  

Certains experts poussent le bouchon à présenter le cannabidiol parmi les grandes tendances food de 2020. L’Obs a testé cette nouvelle offre à Paris où l’on retrouve du tout et du n’importe quoi. Pas sûr que tout cela contribue à donner la clarté nécessaire et sereine pour contribuer à l’établissement d’un cadre juridique sécurisant pour le Chanvre Bien-Être.

•• « Brown sugar », « cold turkey », « smart recovery »… La carte des cocktails du bar « Rehab », qui a ouvert mi-décembre à Paris, croule de références sulfureuses. Dans ce speakeasy, caché au sous-sol de l’hôtel Normandy, la spécialité est de servir des « hocktails ». C’est-à-dire des « high cocktails », dans lesquels on trouve du CBD, ou cannabidiol, mélangé ou non avec de l’alcool.

Les bartenders ajoutent aux recettes une micro-quantité d’huile de CBD, mélangée à de l’huile d’olive, qu’on sirote installés dans un authentique ancien lit à opium. « Ici, le CBD n’a pas de goût ni d’odeur, on l’utilise uniquement pour l’effet. Au bout de deux ou trois cocktails, on peut se sentir apaisé » explique Youss, le chef barman.

•• Autre preuve de cette « tendance CBD » dans la food : la start-up Food Chéri, spécialisée dans la livraison de repas à domicile, a lancé ce 29 janvier dans plusieurs villes de France, un « Menu Censuré ». Soit trois plats et deux desserts contenant des graines de Chanvre Bien-Être et/ou de l’huile de CBD.

La start-up invoque plutôt des effets sur le bien-être et sur la santé : « les études sur les vertus de cette molécule est de plus en plus intéressant, on parle notamment d’actions sur le stress. Le chanvre fait partie de la famille des superaliment, qui peut constituer une des formes de l’alimentation du futur » avance Patrick Asdaghi, le fondateur de Food Chéri.

•• D’autres l’utilisent tout simplement pour son goût. Car il confère aux préparations une saveur légèrement herbacée … « Confiture Parisienne » a mis au point quatre recettes infusées au CBD de la marque française « frenchfarm ».

Dans la collection, on trouve trois confitures de fruits, très peu sucrées – mangue, poire-poivre rouge de Kampot et figue-orange – ainsi qu’un pot de miel. Des curiosités qui ont fait fureur aux fêtes de Noël, affirme Laura Goninet, co-fondatrice de l’enseigne. Tout en précisant tout de même : « ce n’est pas une gamme qu’on vend tous les jours : la moitié des gens pense que c’est de la drogue, l’autre moitié n’en a jamais entendu parler ».

•• Points communs entre tous ceux qui ont décidé de miser sur la molécule : jouer sur l’éphémère et/ou l’underground. « Il y a clairement un effet de mode. Mais il faudrait un véritable cadre réglementaire. Pour l’instant c’est une aventure, une exploration » avance Patrick Asdaghi de FoodChéri.

D’autant que les produits CBD ont un coût élevé, qui pourrait inciter à les consommer à petites doses : 169 euros le kilo de confiture de poire au CBD chez Confiture Parisienne, contre 40 euros le kilo de confiture de poires classique, par exemple.