Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Juil 2018 | Profession
 

Si dans le Nord et le Pas-de-Calais les boutiques spécialisées de CDB n’ont pas été inquiétées jusqu’à présent, la donne pourrait changer avec la toute récente mise au point de la Chancellerie (voir Lmdt du 27 juillet). Ces boutiques seraient au nombre de huit (à Lille, Douai, Cambrai, Calais, Béthune, Saint-Omer et Hautmont).

Et mi-juillet, une affiche présentant une énorme fleur de cannabis est apparue dans un tabac-presse du centre de Marles-les-Mines (Pas-de-Calais), selon La Voix du Nord (édition 27 juillet).

•• « Buralzen, le CBD des buralistes » pouvait-on y lire. Mais depuis, on y est désormais moins disert et l’affiche « choc » a été remplacée par un carton moins explicite.

C’est que le créateur de « Buralzen », vers qui les buralistes en question s’étaient tournés, veut à présent se montrer plus discret, selon le journal. « On avait lancé Buralzen avant les précisions sur la loi par les autorités » plaide Éric Hermeline, qui reconnaît que ces précisions amènent « tous ceux qui font commerce du CBD à être dans l’illégalité ».

Résultat : « le Gouvernement a un peu sifflé la fin de la récré et il y a des procureurs qui jouent les Zorro. Donc on préconise la prudence et on attend un éclaircissement de la loi » (voir Lmdt des 11 juin et 15 juillet).

•• Patrick Falewée – vice-président de la Confédération et président de la fédération des buralistes du Nord avec ses 2 200 adhérents – précise de son côté : « nous sommes intéressés. Mais nous sommes responsables : on n’ira pas tant que la base légale n’est pas solide ».