Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Mai 2019 | Observatoire
 

Carrément provocateur le gérant du Sa-Tea-Va d’Angers avait été placé en garde à vue avant d’être remis en liberté après une perquisition de police,il y a dix jours (voir Lmdt du 25 avril).

Sur la devanture de la boutique, des affiches côtoient désormais le scellé judiciaire annonçant la réouverture le 15 mai prochain.

•• La notion « trafic de stupéfiants » figure sur le document de mise sous scellés, ce que dénoncent les trois-co-gérants toujours sur leurs  affiches : « nous informons notre aimable clientèle que notre magasin n’est pas fermé pour trafic de stupéfiants comme cela est signalé à tort sur les scellés de la police judiciaire d’Angers mais tout simplement sur ordre du procureur de la République d’Angers qui semble ignorer que nos produits commercialisés ne contiennent pas de propriétés stupéfiantes interdites car leurs taux de THC est inférieur à 0,20 % comme cela est autorisé par le droit européen. »

•• Et pour en rajouter dans la provocation, une invitation à la réouverture a été adressée au procureur Yves Gambert et son homologue du Mans.

Une conférence de presse est également organisée ce jour-là, « en présence de notre avocat ». Sont également conviés Thierry Ardisson, animateur de C8 et fervent défenseur de la légalisation du cannabis, et le professeur Bernard Debré, ancien ministre qui, lui, s’y oppose.

À suivre.