Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Mar 2019 | Observatoire
 

En octobre dernier, l’enseigne « Purple store » de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) a dû fermer ses portes, comme beaucoup d’autres « coffee-shop » de la région.

Pourtant, certaines boutiques spécialisées en cigarettes électroniques vendent toujours des produits à base de CBD, et même depuis plusieurs années, constate L’Est Républicain (édition du 11 mars).

Au milieu des présentoirs trônent des recharges pour cigarettes électroniques estampillées « CBD ».

•• « J’en vends depuis deux ans », précise le gérant du « Vapoteur’s Club ». Et d’ajouter : « certains de mes clients l’utilisent pour des raisons pathologiques afin de panacher avec des médicaments antidouleur. Si on n’a pas de stress ou de douleurs, on ne peut pas en sentir les effets. J’ai testé personnellement, je n’ai pas vu de différence ».

•• Dans la boutique d’« E-cig 54 », la commerçante a lancé une nouvelle gamme de produits depuis plus de six mois : « je ne vends que des produits homologués en France. Il y a différents parfums. Ceux que je propose ont le goût de la « beuh » mais ils n’ont pas du tout les mêmes effets. »

« Je teste ce que je vends. Je trouve que ça a un effet décontractant. Je suis quelqu’un de très active et je trouve que ça me détend » poursuit-elle.