Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Juin 2018 | Profession
 

Depuis fin 2017, Steve Zilliox – buraliste à Hochfelden (Bas-Rhin) spécialisé dans la vape – propose la vente des produits à base de CBD. Au début avec des e-liquides (« avec un retour minime »), puis des sachets de plantes vendus entre 9 et 12 euros le gramme. Le succès : « on a des gens qui viennent spécialement de Strasbourg et de Saverne ». 

Sauf qu’il a dû tout suspendre depuis la publication de la position de la Mildeca (voir Lmdt du 12 juin). Explications dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace de ce 14 juin.

•• « Le ministère de la Santé est en train d’étudier le dossier et on ne sait pas ce qui va être décidé » … En attendant, il a choisi d’arrêter de se fournir. « Ce sont des produits qui coûtent cher et je ne veux pas qu’ils me restent sur les bras … » précise-t-il au quotidien régional.

Ce dernier cite aussi le cas de BuralZen, la marque de l’association « Buralistes en colère » qui devait être lancée cette semaine (voir Lmdt des 12 et 11 juin). Le projet serait à l’arrêt.

•• « Il y a une grosse demande », confirme pourtant le buraliste. Précisant que ses clients « ne sont pas des consommateurs de cannabis » mais « des personnes de 30 à 50 ans qui connaissent déjà le produit et l’importaient de Suisse ». « On n’est pas là pour dealer, ni pour vendre quelque chose sous le comptoir », insiste-t-il

Il rappelle, souriant mais amer, que, face aux difficultés économiques des buralistes, le ministère de la Santé « nous avait dit de nous diversifier » conclut Les Dernières Nouvelles d’Alsace.