Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mai 2020 | Observatoire
 

Trois commerçants de produits à base de CBD – dont les boutiques étaient installées dans le Jura – se sont trouvés convoqués devant le tribunal, ce mardi 12 mai, poursuivis pour trafic de stupéfiants. 

Après Besançon, leurs magasins avaient ouvert à Dole et Lons-le-Saunier : sous l’enseigne Bestown. Mais ces points de vente ont été fermés, dès l’été 2018, après des perquisitions et la saisie de certains produits (voir les 30 et 31 juillet). Seul le vendeur jurassien de Lons était présent devant le tribunal.

•• « … Pas un trafic classique » a noté la procureure de la République, « ces commerçants disent qu’ils ignoraient la loi et dans le même temps, ils se sont octroyé un statut de professionnel. Ils auraient dû se renseigner. »

Plus grave …. selon le ministère public, ces magasins de centre-ville étaient visibles d’un large public. Quant aux vertus prêtées au produit, la procureure a tranché à sa manière : « soulager un mal de dos relève de la médecine, non pas de la vente de produits contenant du CBD. »

•• Les deux vendeurs ont donc été reconnus coupables d’acquisition, détention et cession de produits stupéfiants …Mais ils ont été dispensés de peine.

La gérante du Bestown de Besançon a, elle, été condamnée à 5 000 euros d’amende avec sursis. Bien qu’elle ait réfuté tout lien de franchise avec les enseignes de Dole et Lons, elle a été considérée par la justice comme la référente de l’enseigne.