Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Nov 2020 | Profession
 

Les policiers de l’antenne d’Avignon du SRPJ de Montpellier ont entendu quatre personnes dans le cadre d’une présumée fraude, accompagnée de blanchiment, particulièrement bien rodée.

La méthode : racheter en liquide les tickets gagnants des joueurs, en plus d’un bonus, pour pouvoir encaisser des gains payés par la Française des Jeux.

On parle ici de près de 340 000 euros.

•• Parmi ces quatre suspects se trouvent deux frères et leur sœur : une fratrie particulièrement bien connue de la Justice. Tous ces personnes sont au RSA mais il n’empêche qu’ils ont pu jouer jusqu’à 7 000 euros sur un pari …

La dernière des mises en cause est une buraliste installée dans les environs de Cavaillon.

•• Les policiers ont commencé par se poser des questions en étudiant les mouvements de fonds sur les comptes bancaires de la fratrie où des centaines de milliers d’euros transitent. Le lien est alors fait avec l’opérateur de jeux qui confirme que tous les tickets validés sont vrais. Et qu’ils ont quasiment tous été encaissés chez la buraliste. « Cela représente 60 % de l’argent gagné dans son commerce », indique un proche de l’affaire.

•• À ce stade, rien ne prouve que l’argent investi dans le jeu provient d’un business illégal. Toutefois, les policiers ont de quoi s’interroger quand ils calculent les sommes que ces personnes prétendent jouer alors qu’elles n’ont aucun revenu. Pour l’instant, la fratrie est déjà « accrochée » pour des escroqueries à la CPAM (assurance maladie).

Des investigations sont en cours sur le volet blanchiment et sur le rôle qu’aurait pu jouer la commerçante dans ces présumés rachats de tickets gagnants.