Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Sep 2019 | Profession, Récents
 

Mis en cause dans un article de L’Union sur la vente de cigarette à l’unité (voir Lmdt du 17 septembre), le patron du bar-tabac de Reims, en question, a réagi dans les colonnes du quotidien régional.

« Quand les paquets sont détériorés, on a le droit de vendre les cigarettes à l’unité. Et ça arrive souvent ! » assure-t-il, « on les vend plus cher parce qu’avec toutes les cigarettes abîmées, parfois on doit jeter la moitié du paquet ! »

•• Des justifications aussitôt démenties par Alain Sauvage, président des buralistes marnais et trésorier national de la Confédération : « il se trompe, on n’a pas le droit non plus ! Samedi, j’ai envoyé un mail à tous les buralistes pour leur faire un rappel.

« On n’a jamais le droit de changer le conditionnement d’un paquet de cigarettes. La vente à l’unité est interdite dans tous les cas. Si des paquets sont abîmés, il faut les retourner au distributeur, qui renvoie des cartouches en bon état. »

•• Le buraliste mis en cause aime se retrouver dans les conditions compliquées. Poursuivis pour avoir vendu des produits à base de cannabidiol (CBD), sa fille et lui ont été relaxés à deux reprises, en première instance puis en appel (voir Lmdt du 23 mai). Le ministère public a toutefois décidé de se pourvoir en cassation.

Pour information, dans ce dossier, la Cour de cassation a décidé de surseoir à statuer, dans l’attente d’une décision claire de la Cour de justice de l’Union européenne.

18 Sep 2019 | Profession, Récents
 

Comme annoncé ici même (voir Lmdt du 9 septembre), M6 va se mettre à la diffusion de grandes courses hippiques, dont le prestigieux Prix de l’Arc de Triomphe, et sa plateforme 6Play retransmettra désormais le Quinté+, dans le cadre d’un partenariat inédit.

Cet accord avec les organisateurs de courses hippiques prévoit que M6 et sa chaîne sœur payante Paris Première diffuseront en direct les quatre principaux rendez-vous du secteur en France : l’Arc de Triomphe, le Prix d’Amérique, le Grand Prix de France et le Prix de Diane. Par ailleurs, Paris Première diffusera quatre autres grandes courses.

•• M6 lancera en outre une émission de divertissement autour du hippisme. Il s’agira d’un jeu, qui devrait s’appeler « Top départ : la course aux cadeaux ». Il sera diffusé tous les samedis matin en direct et en public, et animé par Carine Galli. Ce partenariat débutera avec la diffusion du Prix de l’Arc de Triomphe le 6 octobre, événement phare de la saison hippique.

•• Mais le principal changement, de taille pour les fans d’hippisme, concerne le Quinté+, qui ne sera plus diffusé sur la TNT. Il sera désormais visible en direct sur 6Play, la plateforme en ligne du groupe M6, tous les jours à 13h47 (un horaire inchangé), et ce à partir du 7 octobre.

Un changement de mode de diffusion, de la télévision traditionnelle à internet, auquel les parieurs devront s’habituer mais qui pourrait donner un coup de jeune au public du Quinté+. Cela fait suite au non-renouvellement d’un partenariat noué il y a trois ans entre le groupe TF1 et le PMU, et qui a expiré au début du mois.

•• Le Quinté+ et les principaux prix restent parallèlement diffusés sur la chaîne Equidia.

17 Sep 2019 | Profession, Récents
 

Jacques Couret reprend, à compter du 1er octobre, la Direction Générale de la SAF, filiale de Logista. Il conserve en parallèle sa fonction de Directeur général des activités Strator et Télécoms @business de Logista France.

Fort de sa solide expertise en marketing et en vente, Jacques Couret a conduit depuis plus de deux ans la stratégie de développement des activités Strator et Télécoms @Business, en confirmant le leadership de Strator sur le marché́ des terminaux de gestion de points de vente, le positionnant ainsi comme le partenaire n°1 des buralistes.

Son expérience au sein du groupe Logista France lui permettra de mener à bien la stratégie de croissance de la SAF. Lire la suite »

17 Sep 2019 | Observatoire, Récents
 

La disparition annoncée du cash se fera attendre. L’essor du paiement sans contact ne dissuade pas les Français de continuer à payer en liquide. À preuve …

« Depuis 2017 et la montée en puissance du paiement par carte bancaire sans contact accepté à partir d’un euro, l’utilisation de l’argent liquide diminue de 3 % par an environ. Ce qui reste limité » estime, dans Le Figaro (édition 14 septembre), Patrick Lagarde, PDG de Brink’s France (voir Lmdt du 26 juillet 2015).

•• Malgré la multiplication des moyens de paiement numériques (carte bancaire, téléphone mobile, virements de compte à compte, porte-monnaie électroniques…), les Français paient en liquide les deux tiers (68 %) de leurs achats de faible montant en magasin (7,50 euros en moyenne en France et 12 euros en zone euro), relève la Banque centrale européenne (BCE).

En tête les personnes âgées souvent réfractaires au paiement par carte bancaire ou les ménages fragiles (15 % environ), qui pour faire face à leurs contraintes budgétaires règlent leurs dépenses en cash. Sans oublier ceux qui, par souci d’anonymat, ont la phobie des paiements alternatifs (cartes bancaires, chèques) qui laissent des traces…

•• Pour répondre à leurs attentes, les entreprises – qui s’attendaient à ce que tous les Français adoptent très rapidement de nouveaux modes de paiement – sont obligées de s’adapter.

La SNCF a, par exemple installé dans les cinq gares parisiennes des automates de vente de billets de train acceptant le paiement en espèces. Et elle prévoit d’en installer 100 sur tout le territoire. Lire la suite »