Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Oct 2018 | Profession
 

Ce mardi entre en vigueur la nouvelle liste de prix des cigarettes, établie par les industriels et homologuée fin septembre par les ministres de la Santé et des Comptes publics. Mais, chez les buralistes, les tarifs vont encore rester stables, au grand dam des rivaux de Marlboro, annonce Ivan Letessier dans un article publié dans Le Figaro de ce matin et que nous reproduisons (voir Lmdt du 30 septembre).

« Depuis l’entrée en vigueur, en mars, de la première étape du choc de prix décidé par le Gouvernement (qui veut porter le paquet à 10 euros en 2020), le leader Philip Morris (44 % du marché) a absorbé une grande part de la hausse de taxes. Il a porté le prix du paquet de Marlboro à 8 euros, au lieu de 8,40 euros s’il avait continué à se positionner 50 centimes au-dessus du minimum de perception, l’indicateur fiscal fixant un prix plancher théorique du paquet.

•• « Ses rivaux, pour garder un écart avec le leader et éviter de perdre trop de parts de marché, ont eux aussi limité la hausse de leurs tarifs, quitte à vendre sous le minimum de perception. Résultat : l’ensemble des industriels a vu le profit réalisé sur chaque paquet plonger. Philip Morris est moins touché, puisqu’il vend ses produits plus chers, mais ses bénéfices ont eux aussi nettement reculé. D’autant que, sous l’effet des hausses de prix, le marché a chuté de 10 % depuis janvier.  (Voir Lmdt du 8 octobre).

•• « La guerre des prix lancée par Philip Morris étonne d’autant plus ses rivaux que, dans les pays matures où les ventes de cigarettes stagnent ou régressent, les industriels ont pour stratégie de maximiser leur profitabilité. Et même si le leader assure vouloir en finir avec la cigarette, il s’agit en fait d’un projet de très long terme. « L’OMS le reconnaît : malgré la réglementation, il y aura encore 1 milliard de fumeurs dans le monde en 2025 », rappelle Jeanne Pollès, la nouvelle patronne de Philip Morris France. (Voir Lmdt du 16 octobre)

•• « Dans ces conditions, il ne semble pas tenable pour le groupe de réduire volontairement ses marges sur le long terme. « Je ne vais pas commenter les choix stratégiques du passé sur les prix », confie la dirigeante. « Le gouvernement a la volonté d’augmenter les taxes, et le choix des prix est du ressort de chaque entreprise. Mais, au final, le consommateur a vocation à payer les hausses de taxes. » Deux ­nouvelles listes de prix sont attendues, qui pourraient modifier la donne : l’une début janvier, au moment où la rémunération des buralistes sur chaque paquet doit augmenter ; l’autre début mars, pour la deuxième étape du choc fiscal décidé par le gouvernement. « J’aurai à faire des choix stratégiques, je les ferai » conclut, sibylline, Jeanne Pollès, « dégager des profits est important pour financer le déploiement d’Iqos. »

22 Oct 2018 | Profession
 

Huit commentaires – entendus sur les stands du salon des buralistes – hier, au cœur de l’après-midi, alors que le salon regorgeait encore de visiteurs (voir Lmdt du 21 octobre). Témoignages sur le vif pour caractériser cette édition pleinement réussie.

•1• « Il y a cinq ans encore, Losangexpo c’était avant tout le salon des cigarettes. Cette année … elles sont où les cigarettes ? » (l’actionnaire de l’un des exposants).

•2• « En fait, si je comprends bien, nous sommes au salon de la transformation de l’art de fumer ; le marché est encore solvable » (un consultant du secteur bancaire).

•3• « Nous avons croulé sous les demandes de renseignements concernant l’aide à la transformation ; et surtout, des questions concrètes et de fond. Des buralistes avec de vrais projets en tête … » (sur le stand de la Douane).

•4• « Samedi après-midi, sept heures après l’ouverture, nous avions déjà totalement amorti notre investissement pour cette édition de Losangexpo » (un exposant du vapotage).

•5• « Losangexpo ? C’est une étude de marché en live sur les buralistes qui bougent. Je n’aurais jamais imaginé un tel dynamisme » (un exposant de la sécurité venant pour la première fois).

•6• « Un si beau salon, après un congrès réussi, nouveau dans sa forme et riche en annonces … des journées comme cela, il y a de quoi booster notre travail sur le terrain. Il va falloir que les chambres syndicales démultiplient toutes ces infos sur le terrain.

En tout cas, je vais pouvoir lancer des travaux dans mon magasin. Le message passe par l’exemple » (un élu syndical).

•7• « Le fonds de transformation, c’est bien. Mais l’audit ? Cela peut commencer quand chez moi ? » (un buraliste sur le stand de la Maison des Buralistes).

•8• « Losangexpo ? Un événement irremplaçable et tellement sympa : j’y découvre les visages de ceux que j’ai au téléphone au cours de l’année. Avec certains buralistes, on se donne même rendez-vous, ici-même, chaque année » (une consultante du service juridique de la Confédération).

Pour de premières infos sur le Fonds de Transformation : voir Lmdt du 18 octobre.

21 Oct 2018 | Profession
 

« Malgré de bons résultats, le deuxième cigarettier mondial se prépare à licencier près d’un quart de ses effectifs en France » annonce dans sa rubrique « Les Indiscrets » le Journal du Dimanche de ce 21 octobre.

« Une soixantaine de salariés de BAT (British American Tobacco), sur plus de 250, seraient concernés. La mesure cible notamment un tiers des commerciaux.

« C’est un des signes que les mesures antitabac portent leurs fruits : comme les autres géants du secteur, l’entreprise subit un recul de ses ventes. »

21 Oct 2018 | Profession
 

Situé cette année dans le hall 7, au fond du Parc des Expositions, Losangexpo aura connu une première journée réussie. Le soleil n’était pas que dans le ciel de Paris. Avec apparemment plus de visiteurs que le samedi de l’année dernière (voir Lmdt du 20 octobre).

•• Évidemment, toujours beaucoup de monde lors de l’inauguration, Philippe Coy remerciant publiquement les équipes de la Douane, en présence de leur Directeur général, Rodolphe Gintz. Dans sa réponse, ce dernier a insisté sur les enjeux du fonds de Transformation. Lire la suite »

21 Oct 2018 | Profession
 

Entre deux conférences organisées sur le stand Logista F12 (voir Lmdt du 18 octobre), cap sur l’éventail des nouveautés du groupe présentées à ce Losangexpo (voir Lmdt du 20 octobre).

SAF

Le stand est orienté sur le site e-commerce saf.fr : un outil simple et moderne pour passer commande et avoir accès à toute l’offre de produits 24h/24 et 7j/7, depuis tout support connecté. Les visiteurs souhaitant passer leur première commande web sur place sont accompagnés et bénéficient d’offres salon.

Le Concept Store, développé et implanté depuis deux ans, poursuit son déploiement jusqu’en Corse. L’assortiment est au cœur de l’approche et fait vivre commercialement le point de vente. Associé au TPV Strator, le suivi des ventes et l’analyse des performances se fait en temps réel. Lire la suite »

20 Oct 2018 | Profession
 

Ce matin, et pour deux jours, s’ouvre Porte de Versailles à Paris, Losangexpo, le salon des buralistes (voir Lmdt du 22 octobre 2017).

•• La Confédération annonce déjà avoir « fait le plein d’exposants » : avec 105 partenaires. Où trouver ailleurs, et sur deux jours, toute l’offre actuelle et future du réseau des buralistes ?

L’actualité commerciale des buralistes, c’est à Losangexpo.

•• Les principaux fabricants de tabac sont là. La zone vapotage s’annonce impressionnante par sa taille. Les fournisseurs de caisse mettent en avant un tas de nouveaux services. Les aménageurs de points de vente sont sur les rangs.

•• Après les annonces du Congrès des buralistes sur la mise en place du fonds de transformation (voir Lmdt du 18 octobre), le sujet sera au cœur des discussions, conférences et autres rendez-vous business.

20 Oct 2018 | Profession
 

Sur le stand F06 de Bimédia, de nouveaux services et de grandes marques pour étoffer le flux de clientèle chez les buralistes. 

Ria, diversifier l’offre de transfert d’argent 

Déjà pionnier du transfert d’argent chez les buralistes en 2010, Bimedia propose en exclusivité le service Ria – un des leaders mondiaux – à partir de début 2019.

Les points de vente pourront ainsi bénéficier de la base clients mondiale de Ria et être intégrés dans sa géolocalisation. Avec préparation de la transaction depuis l’application MyRia pour faciliter l’encaissement et réduire le temps de prise en charge via la caisse.

Keplerk, le phénomène crypto-monnaie arrive

Keplerk est un service permettant d’acheter des crypto-monnaies (Bitcoin, Ethereum…) en point de vente physique : des tickets-coupons de 50, 100 ou 250 euros. Lire la suite »

20 Oct 2018 | Profession
 

Des petits vols intempestifs aux cambriolages et braquages sérieux, Safe Security connaît les exigences du métier de buraliste et propose des solutions adaptées et complètes de vidéosurveillance, alarme intrusion et coffre-fort.

Avec plus d’un millier de buralistes équipés en France, Safe Security revient cette année à Losangexpo (stand H 32) avec une gamme de produits et services entrant dans le cadre de l’aide à la sécurité :

Vidéo surveillance : système avec enregistrement et visualisation à distance

Système d’alarme : détection intrusion nfa2p type 3

Coffre-fort : serrure à clé ou électronique ; verrouillage sécurisé sur 3 cotés ; utilisation de matériaux composites ; fixation au sol

Contrôle des accès : contrôle et gestion des accès par système innovant et connecté ; identification par code, badge, empreinte digitale ou rétinale

Safe Security est certifiée APSAD et NF service et le centre de télésurveillance APSAD niveau P3.

19 Oct 2018 | L'essentiel, Profession
 

Alors que le Congrès des buralistes aborde son deuxième après-midi (voir Lmdt du 18 octobre et de ce jour), la Confédération a publié un communiqué que nous reproduisons : 

« À l’occasion du Congrès des buralistes, Philippe Coy, président de la Confédération, a fait un point sur une année qui a vu la profession engager son plan de transformation, en présence de Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics.

Depuis près d’un an, les buralistes se sont résolument engagés dans une nouvelle démarche d’adaptation de leurs points de vente, pour proposer plus de services et opérer une réelle transformation de leur activité. En entrepreneurs responsables, ils s’engagent aussi auprès des pouvoirs publics, en matière de santé publique, en accompagnant leurs clients fumeurs qui le souhaitent, vers l’arrêt du tabac ou vers des solutions à risque réduit, comme la vape. Lire la suite »