Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

En cette Journée mondiale sans Tabac 2020, on reviendra sur le rapport que nous avons présenté hier sur le paquet neutre (voir 30 mai) : rapport publié, fort opportunément, par la LUISS Business School (Rome) et Deloitte en Italie, avec le soutien de BAT (British American Tobacco).

Il s’agit d’une étude compilant toutes les données sur les 5 premières années de la mise en œuvre du paquet neutre en Australie (voir 1er décembre 2012). Pour conclure sur l’absolue inutilité de cette mesure.

•• « L’efficacité des mesures relatives aux paquets neutres en Australie fait l’objet d’un vif débat » déclare le professeur Raffaele Oriani de la LUISS Business School. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Australie : retour sur ce rapport qui « neutralise » le paquet neutre  ,
31 Mai 2020 | Pression normative
 

Le déconfinement à peine démarré … il est interdit de fumer sur la plage centrale de Lacanau (Gironde) depuis ce 29 mai. Le maire, Laurent Peyrondet, a pris un arrêté municipal, valable du 15 mai au 5 octobre de chaque année.

Le texte est entré en vigueur ce samedi. L’élu considère que la plage centrale « accueille beaucoup d’enfants » et qu’elle a « une vocation familiale ». Aussi, il avance des motifs de salubrité et de santé publique. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Gironde : plage centrale sans tabac à Lacanau   ,
 

Annoncé comme une arme fatale contre le tabagisme, le paquet neutre ne s’est pas étendu à travers le monde comme prévu.

À la veille de la Journée mondiale sans Tabac (voir 26 mai 2020), on remarquera la publication d’un rapport publié par la LUISS Business School (Rome) et Deloitte en Italie. Une étude réalisée avec le soutien de BAT (British American Tobacco).

•• Ce rapport (en anglais) se présente comme une analyse, menée avec le recul nécessaire, sur les effets de l’introduction de la réglementation du paquet neutre en Australie dès décembre 2012. Il s’agit, en fait, de l’analyse la plus récente et la plus complète des données disponibles sur le sujet portant jusqu’en 2017.

•• Ses principales conclusions sont les suivantes :

en Australie, le paquet neutre ne s’est pas montré efficace, en soi, à réduire tant la prévalence tabagique que la consommation de tabac ;

le paquet neutre n’a pas modifié fondamentalement le comportement tabagique des Australiens ;

certaines données suggèrent même que le paquet neutre a plus contribué à une augmentation de la consommation de cigarettes qu’à une diminution ;

la consommation de cigarettes et de tabac à rouler a diminué plus rapidement en Nouvelle-Zélande (sans paquet neutre) qu’en Australie, sur la période (5 ans).

•• Extraits du résumé analytique : « Nos analyses montrent qu’il n’existe statistiquement aucune corrélation significative entre la mise en place du paquet neutre et la réduction de la prévalence du tabagisme ou la baisse de la consommation légale de tabac au cours de la période d’observation (…)

« L’emballage neutre en Australie s’associe à une augmentation de la consommation de cigarettes par personne. Ce modèle suggère que dans ce pays, le paquet neutre a eu un effet contreproductif, menant à une hausse de la consommation de cigarettes plutôt qu’à une baisse. »

Voir 29 mai 2018, 6 décembre 2017 et 1er décembre 2012 / Lien rapport

À suivre …

 Commentaires fermés sur Australie : un rapport qui « neutralise » le paquet neutre  ,
 

Le président Cyril Ramaphosa, a annoncé, ce 24 mai, une série de mesures effectives dès le 1er juin, dont la levée du couvre-feu, la réouverture de la plupart des commerces et l’autorisation de la vente d’alcool.

Alors que la vente de tabac reste toujours interdite (voir 16 mai, 26 avril et 29 mars).

•• Les rassemblements publics resteront toutefois interdits et certaines « activités économiques à haut risque » tels les restaurants, les bars et les salons de coiffure demeureront fermés. Lire la suite »

 

La Journée mondiale sans Tabac de ce 31 mai s’attaque à la protection des jeunes générations, avec pour thème principal :  « Protéger les jeunes contre les manipulations de l’industrie et les empêcher de consommer du tabac et de la nicotine ».

Dans son communiqué, l’OMS constate pourtant la proportion des jeunes fumeurs diminue au fil des ans (11,5 % des filles et 13,8 % des garçons âgés de 13 à 15 ans). Mais « l’industrie vend délibérément une dépendance mortelle aux jeunes et le 31 mai est l’occasion de présenter les meilleures pratiques pour contrer ces efforts ».

•• En fait, ce ne sont plus seulement « l’emballage » ou « la stratégie de marque » qui sont en cause, mais « l’énorme intérêt suscité récemment par les cigarettes électroniques et les produits de tabac chauffés ».

« L’une des innovations les plus importantes de l’industrie concerne ses stratégies de marketing. Quel que soit le secteur concerné, la publicité s’effectue de plus en plus en ligne, et l’industrie du tabac ne fait pas exception à cet égard : les fabricants de tabac se tournent de plus en plus vers les médias sociaux pour commercialiser leurs dangereux produits ».

« (…) Ce problème est particulièrement préoccupant dans le cas des jeunes femmes et des filles qui constituent une cible privilégiée pour l’exposition aux influenceurs ».

•• L’OMS propose donc « une contre-campagne » destinée à « responsabiliser les jeunes afin qu’ils prennent en main leur santé et rejettent la dépendance au tabac ». Et invite à la participation de tous et notamment des influenceurs … Encore faudrait-il comprendre l’efficacité du visuel ambigu de l’affiche.

(Voir les 1er juin, 22 et 29 mai 2019 ainsi que le 31 mai 2018).

 

Les partis de la coalition gouvernementale allemande se sont mis d’accord après de longues négociations sur une interdiction de la publicité pour le tabac dans la rue, l’Allemagne étant le seul pays de l’UE où cela reste autorisé.

Les publicités dans l’espace public pour des produits de tabac seront interdites à partir du 1er janvier 2022, selon le projet de loi consulté jeudi par l’AFP.Dès 2021, la distribution gratuite de cigarettes au cours d’évènements ne sera plus autorisée et la publicité au cinéma limitée aux films destinés à un public majeur.

Les cigarettes électroniques seront concernées par ces interdictions à partir de 2024, d’après ce texte, qui doit être débattu au parlement pour la première fois le vendredi 29 mai. Lire la suite »

 

YouGouv, société spécialisée dans les sondages sur Internet, avait réalisé – cela remonte en février – un sondage anticipant sur le nouveau comportement des fumeurs de menthol (voir 20 et 2 janvier).

41 % des fumeurs avaient indiqué souhaiter continuer à fumer et se reporter sur des cigarettes non mentholées ;

11 % déclaraient vouloir essayer de trouver encore du menthol sur le marché parallèle ;

 en même temps, 62 % des fumeurs de cigarettes mentholées affirmaient être intéressés par une alternative dans la vape mais 23 % n’avaient aucune idée du produit pour lequel ils pourraient opter.D’où un besoin d’accompagnement et d’explications. Lire la suite »

 

Fallait-il prohiber la vente de tabac pendant le confinement contre le coronavirus (voir 26 avril et 29 mars) ?

Le débat sanitaire a viré à la controverse politique et à l’imbroglio judiciaire en Afrique du Sud, où le gouvernement est la cible de toutes les critiques, décrypte une dépêche AFP.

•• Le 23 avril dernier, le président Cyril Ramaphosa annonce, dans le cadre d’un assouplissement des mesures de confinement, la levée à partir du 1er mai de l’interdiction de la vente des cigarettes, en vigueur depuis fin mars. Les fumeurs soufflent. Leur soulagement sera de courte durée. Six jours plus tard, la ministre de la Gouvernance, Nkosazana Dlamini-Zuma, membre-clé du cabinet resserré en charge de la crise sanitaire, fait marche arrière. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Coronavirus / Afrique du Sud : l’interdiction de vendre du tabac vire à la crise politique   , ,
11 Mai 2020 | Pression normative
 

Il y a une vie après le déconfinement.

C’est pour cela qu’il ne faut pas perdre de vue certaines échéances définies depuis un certain temps déjà. Comme celle d’une prochaine Directive tabac européenne : la TPD (Tobacco Product Directive) 3.

•• La Commission européenne est en pleine période « d’évaluation » de l’actuelle Directive et son rapport devrait être publié dans un an environ, peut-être même avant.

On saura alors sur quoi portent ses recommandations qui auront forcément un impact sur les produits du tabac et aussi du vapotage : simples mises à jour ou révision complète. Les premières étant aussi importantes que la seconde option, tant le diable se cache dans le détail à Bruxelles.

•• Voilà pourquoi il importe de suivre toutes les initiatives et démarches qui s’inscrivent, ces temps-ci, dans le paysage de l’exécutif européen.

Comme cette consultation publique, lancée le 4 février par la Commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides (voir 11 septembre 2019), sur le « Plan européen contre le Cancer ». Il s’agit en fait d’une double consultation.

 Une première consultation, de 4 semaines, s’est achevée le 3 mars dernier. Il s’agissait de définir la « road map », document stratégique sur les grandes orientations, à partir d’éléments fournis par des décideurs politiques dans le domaine de la santé ou par des experts. Une feuille de route.

Il en ressort, sans surprise, que le tabac est l’une des cibles les plus évoquées, en priorité, parmi toutes les réponses : soit 55 fois par rapport à 384 contributions.

 La seconde consultation publique est plus large. Les associations sont appelées à y participer, les simples citoyens aussi. Avec la crise du Coronavirus, le service de la Santé et de la Sécurité alimentaire de la Commission européenne a reporté jusqu’au jeudi 21 mai sa date limite.

•• Espérons que les réponses à cette consultation permettront de quitter les sentiers battus pour faire ressortir que l’expérience des dernières années, en Europe, plaide clairement en faveur d’une meilleure reconnaissance du vapotage et autres produits à moindre nocivité parmi les outils efficaces de lutte contre le tabagisme. Plutôt que de recourir à l’outil fiscal.

•• À propos de « sentiers battus », la feuille de route du Plan Cancer européen précise déjà : « le Plan pourrait considérer le rôle pivot de la fiscalité pour réduire la consommation d’alcool et de tabac, en particulier pour décourager les jeunes de fumer et d’ abuser de l’alcool ».

Cette recommandation est assénée « … sans la moindre mention de réflexions autour de politiques publiques visant à encourager l’utilisation du vapotage parmi les fumeurs » fait remarquer un connaisseur du fonctionnement des institutions européennes. D’où l’intérêt de cette consultation publique ouverte jusqu’au 21 mai.

 

Les avertissements sanitaires avec photos repoussantes sont officiellement prévus sur le marché américain pour le 18 juin 2021 (voir 19 août 2019).

Mais des incertitudes demeurent. Notamment avec la plainte que vient de déposer Philip Morris USA (filiale d’Altria) devant la cour du district de Columbia (Washington). Une autre plainte de même nature ayant été déposée au Texas.

Ces plaintes ont pour motif une violation du Premier Amendement de la Constitution américaine. Celui qui garantit notamment la liberté d’expression. Dans ces plaintes, ce droit à la liberté d’expression est entendu dans un sens commercial : le paquet de cigarettes devenant, avec cette mesure, l’objet d’une communication imposée au service de l’administration fédérale.