Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Juin 2020 | Observatoire
 

Les nombreux habitants de Lorraine qui avaient pour habitude de se fournir, en tabac et en carburant au Luxembourg, sont retournés faire leurs achats de l’autre côté de la frontière, ce lundi 15 juin.

Lorraine Actu est allé à la station Total de Dudelange, à la frontière de la Moselle, dans l’après-midi pour constater le flux de clients.

•• Une majorité des clients étaient des Français, particulièrement des Lorrains au vu du nombre de plaques immatriculées 54 et 57. Depuis le matin, un grand afflux s’est en effet présenté à la station-service. Deux Français ont « consenti à parcourir 25 minutes de route » pour venir s’approvisionner en cigarettes et en carburant : « avant, on avait l’habitude de venir deux fois par mois environ. Après cela, on a été obligé de rester en France, puisque nous ne sommes pas frontaliers ».

•• Quelques kilomètres plus loin, sur l’autoroute A3 en direction de la capitale grand-ducale, les automobilistes ont rejoint l’aire de Berchem (voir 10 août 2015). Au rez-de-chaussée, la boutique de tabac a attiré de nombreux clients qui ont dû respecter une distance minimale, ce qui a engendré une impressionnante file d’attente.

•• Malgré une hausse survenue début 2020, les prix luxembourgeois sont toujours nettement plus attractifs. Les cartouches les moins chères se vendent en moyenne 43 euros.

•• À signaler : en ce premier jour de réouverture de la frontière, un véhicule de la Douane était présent près de la station. Sa mission ? Appeler à la raison en incitant au respect des quantités légales. (Voir aussi 3 juin et 27 avril).

17 Juin 2020 | Observatoire
 

Les consommateurs de stupéfiants à Reims, Rennes, Créteil et Boissy-Saint-Léger sont punis, depuis ce mardi 15 juin, d’une amende forfaitaire de 200 euros.

C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron … l’amende forfaitaire – à laquelle seules les personnes majeures seront soumises – a été votée par le Parlement (voir 24 novembre 2018) et s’ajoute à l’arsenal législatif existant.

•• Présentée comme l’un des outils du plan antidrogue lancé par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner en septembre 2019, elle entend plus spécifiquement en finir avec la « dépénalisation de fait » du cannabis et apporter « une réponse pénale plus rapide et plus ferme et plus systématique ».

•• Cette nouvelle procédure, qui s’applique à toutes les drogues – mais vise d’abord les usagers de cannabis – doit être étendue à Lille et Marseille à la mi-juillet avant de concerner progressivement toute la France métropolitaine.

L’amende, si elle est réglée sous quinze jours, est minorée à 150 euros. Au-delà de 45 jours, le contrevenant devra s’acquitter d’une majoration fixée à 450 euros. Voir aussi 2 mai 2020

 Commentaires fermés sur Cannabis : quatre villes mettent à l’essai l’amende à 200 euros  
17 Juin 2020 | Observatoire
 

L’Agence nationale de Sécurité du Médicament a indiqué que l’expérimentation du cannabis thérapeutique en France qui devait débuter en septembre (voir 24 janvier) est reportée « au plus tard en janvier », en raison de la pandémie de coronavirus.

En dépit de ce report, dû à la mobilisation requise par le Covid-19, les travaux pour sa prochaine mise en place se sont poursuivis, souligne-t-elle.

•• Ces derniers portent notamment : sur la conception du registre national électronique de suivi des patients inclus dans l’expérimentation; le cahier des charges pour la sélection des futurs fournisseurs et distributeurs des médicaments à base de cannabis qui seront utilisés ; l’élaboration de la plateforme de formation des professionnels de santé, qui doit être opérationnelle en décembre; et enfin sur la liste des centres experts volontaires qui incluront les patients.

•• L’expérimentation doit être menée dans plusieurs centres hospitaliers en France, en particulier des centres de référence pour les pathologies concernées.

16 Juin 2020 | Observatoire
 

Pas de véritable cohue ce lundi matin dans les supermarchés du tabac pour la réouverture de la frontière, mais l’effervescence des grands jours, « comme le premier samedi du mois après le jour de paye ».

Les clients français sont venus progressivement au rendez-vous. Au Bizet (face à la ville française d’Armentières / voir 28 mai), comme à Adinkerke (sur la côte), La Voix du Nord a mené l’enquête.

•• Au Bizet. Ainsi, ce couple de retraités qui s’est déplacé de Carvin …

Le sexagénaire, qui fume une trentaine de cigarettes par jour, était posté dès 8 heures devant la grille du grand magasin Tabac & Co : « ces trois mois de fermeture de la frontière, ça a fait très mal au porte-monnaie » confie-t-il.  Comme d’autres fumeurs, il n’a pas osé braver l’interdiction de circuler d’un pays à l’autre pendant le confinement. « Une amende de 250 euros côté Belgique, c’était plutôt risqué et ça ne vaut pas le coup » sourit-il, « mais c’est n’importe quoi l’Europe ! Pourquoi le prix du tabac n’est pas harmonisé ? »

 Derrière lui, une file d’attente commence à se former vers 9 heures car il faut respecter les distances entre clients. Des Lensois en sortent les bras chargés de seaux de tabac, paquets de filtres et de cartouches de cigarettes. Eux avaient anticipé la fermeture de la frontière et s’étaient constitué un stock. Mais leur approvisionnement n’a pas suffi à leur consommation de 10 à 15 cigarettes par jour : « du coup, on a moins fumé ».

 Un retraité venu de Lille, qui d’habitude se rend en Belgique une fois par mois, a profité de cette période de crise sanitaire pour passer de 60 à 10 cigarettes par jour. S’il revient au Bizet avec son épouse et sa fille, c’est aussi pour acheter du pain mais surtout « faire un petit tour » dans les autres commerces.

•• À Adinkerke, quand les premiers salariés de Stop & Shop sont arrivés sur leur lieu de travail, « il y avait déjà des clients qui attendaient l’ouverture du magasin sur le parking » témoigne l’une d’elle. Une demi-heure plus tard, le commerce ouvre ses portes. « Depuis, cela n’a pas arrêté » témoigne la responsable du magasin, « il s’agit essentiellement de Français, qui représentent environ 80 % de notre clientèle ».

Du monde, donc, mais pas plus qu’avant le confinement, et en tout cas aucune file d’attente interminable devant le commerce, dont l’accès a été spécialement aménagé pour éviter les rapprochements physiques. Lire la suite »

16 Juin 2020 | Observatoire
 

Pas de bouchon sur le pont de l’Europe reliant Strasbourg à Kehl. Pas de tram bondé non plus. 

Il est un peu plus de 10 heures ce lundi 15 juin au matin, jour de réouverture de la frontière franco-allemande et les Français sont pourtant bien de retour outre-Rhin à Kehl pour acheter tabac, produits d’entretien, de cosmétique moins cher (voir 12 mars 2020 ainsi que 3 novembre et 5 octobre 2019). 

Mais ce n’est pas encore la ruée selon un reportage de 20minutes.

•• « Il y a encore le bureau de la douane à l’entrée de Kehl mais plus de policiers. Ils n’arrêtent personne, je suis passé sans souci en voiture » confirme un jeune Strasbourgeois, les bras chargés de boîtes de tubes à cigarettes et de gros pots de tabac de 315 grammes.

« Là, j’en ai eu pour 200 euros, j’en aurais eu pour 500 euros en France » estime le jeune Strasbourgeois, venu faire les courses « pour la famille aussi ».

Juste après lui, deux amies ont eu la même idée, dès le premier jour de la réouverture des frontières : « c’est parce que je ne travaille pas le lundi, alors j’en ai profité. On pensait qu’il y aurait des bouchons mais même pas » explique la première, qui repart avec deux cartouches à la main.

•• Pour voir un peu plus de monde, il faut aller plus loin le long de la « Strassburger strasse » au célèbre Dm-drogerie markt, magasin bien connu des économes qui s’y pressent acheter papier-toilette, couches, produits d’entretien, de cosmétiques etc.

Dans un petit centre commercial, c’est plus calme : « je suis déjà venue des samedis, c’était bien pire que ça. Les gens n’ont pas dû comprendre que la frontière rouvrait aujourd’hui et non pas demain, comme c’était prévu au début » sourit cette habitante de Bischheim.

 Commentaires fermés sur Ouverture frontière franco-allemande : « j’en ai eu pour 200 euros, j’en aurais eu pour 500 euros en France »  ,
14 Juin 2020 | Observatoire
 

Un père et ses deux fils avaient dû fermer leur boutique de produits à base de CBD, après deux perquisitions l’an dernier (voir 25 avril et 13 février 2019). Considérés comme coupables de « trafic de stupéfiants », ils comparaissaient devant le Tribunal judiciaire du Mans ce vendredi 12 juin.

Basée à Caen, leur société Sa-Tea-Va a créé des boutiques à Nantes, Lisieux, Angers et Le Mans. « Les seules où on a eu des problèmes, c’est Angers et Le Mans » s’est énervé à la barre le père, passablement échaudé par la politique pénale plus tranchée de ces parquets, un procès étant également prévu concernant la boutique angevine. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur CBD : « le débat, c’est que ces plantes sont commercialisées, alors que c’est interdit » (Procureure du Mans)  
14 Juin 2020 | International, Observatoire
 

Les Pays-Bas s’apprêtent à mener une expérience à grande échelle, visant à mesurer les effets de la culture du cannabis sur la criminalité, la sécurité, les troubles à l’ordre public et la santé.

À cette fin, des cultivateurs de cannabis pourront postuler, du 1er au 28 juillet, auprès du gouvernement pour approvisionner légalement les célèbres »coffee shops » du pays, a annoncé le ministère de la Santé. En 2018, dix municipalités avaient déjà été autorisées à cultiver légalement le cannabis.

•• Le Gouvernement hollandais prévoit environ six mois pour sélectionner dix producteurs selon des critères précis : le projet d’un candidat doit notamment prévoir la production d’au minimum 6 500 kilos de chanvre sec et un éventail de dix variétés différentes de chanvre ou de haschich.

•• Selon ce plan, qui a reçu l’aval du Conseil d’État, les municipalités concernées vont superviser sur plusieurs années la culture de cannabis et sa distribution aux « coffee shops » qui pourront le vendre aux clients.

•• Rappelons que le Pays-Bas ont décriminalisé la vente de petites quantités de cannabis – moins de cinq grammes – en 1976 et la loi autorise chaque citoyen à cultiver légalement cinq plants de cannabis pour son usage personnel. Mais la culture et la vente en gros de cannabis demeuraient interdites ; ce qui incitait les centaines de propriétaires des « coffee shops » à s’approvisionner auprès du crime organisé pour satisfaire la demande.

 Commentaires fermés sur Pays-Bas : l’État recrute des cultivateurs de cannabis   
11 Juin 2020 | Observatoire
 

Un ressortissant français a été convoqué devant le tribunal correctionnel d’Albertville vendredi 5 juin. Gérant d’une société italienne spécialisée dans la vente de produits à base de CBD, il était poursuivi pour « importation, de transport et de détention de stupéfiants ».

Le 4 janvier 2019, les équipes douanières, en opération de contrôle routier à la barrière de péage de Saint-Michel-de-Maurienne, interceptaient un véhicule provenant d’Italie.

À son bord, le chien renifleur des agents détectait rapidement une substance s’apparentant à de l’herbe de cannabis d’un poids de 622 grammes. Soumis pour analyse au laboratoire de la Douane, le produit suspect se révélait positif au THC. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur CBD : huit mois avec sursis pour « importation et vente de stupéfiants » … encore un jugement polémique  ,
10 Juin 2020 | Observatoire
 

La réouverture de la frontière de l’Andorre s’est soldée par le retour en masse des consommateurs français venus faire le plein d’alcool et de tabac.

La mauvaise météo du week-end dernier n’a pas empêché une affluence record de Français vers l’Andorre, une semaine après la réouverture de la frontière (voir 1er juin).

Ainsi, au cours du week-end des 5, 6, 7 juin, le service des transports de l’Andorre a enregistré un nombre de 15 000 véhicules ayant franchi la frontière franco andorrane pour accéder au Pas de la Casa, 5 000 le vendredi, environ 4 000 le samedi et enfin, 6000 le dimanche.

 Commentaires fermés sur Déconfinement / Achats frontaliers : 15 000 véhicules venus de France recensés à la frontière andorrane le week-end dernier
8 Juin 2020 | Observatoire
 

D’après le baromètre santé Odoxa-FG2A – pour franceinfo et Le Figaro Santé, publié ce 8 juin – la part des Français se livrant à de mauvaises pratiques de consommation a drastiquement baissé pendant le confinement.

En revanche, peu de Français en ont conscience et les comportements à risque ne sont plus aussi mal vus qu’auparavant.

Baromètre réalisé par internet : les 12 et 13 mars sur un échantillon de 1 005 personnes représentatives de la population française âge de 18 ans et plus ; et les 13 et 14 mai 2020, sur un échantillon de 1 003 personnes).  Lire la suite »