Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Juin 2020 | Institutions
 

Isabelle Falque-Pierrotin a été officiellement nommée mardi à la tête de la nouvelle Autorité nationale des jeux (ANJ), selon un décret paru au Journal officiel qui désigne les membres du collège de cette structure administrative indépendante (voir 8 juin).

La nomination de l’ancienne présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) de 2011 à 2019, avait été proposée par Emmanuel Macron, rappelle l’AFP.

•• L’Autorité nationale des jeux a été créée à la suite de la privatisation, en novembre 2019, de la Française des Jeux. Jusqu’à présent, seuls les jeux en ligne dépendaient d’une autorité indépendante, l’Arjel, qui régulait environ 12% des jeux autorisés (voir 3 octobre et 18 novembre 2019).

•• La nouvelle autorité va reprendre les prérogatives de l’Arjel en les élargissant aux courses hippiques, jeux de grattage et de loterie, et paris sportifs – qui étaient jusqu’alors placés sous la tutelle de plusieurs ministères. Elle disposera de plus d’un pouvoir de sanction économique.

Lors de ses auditions début juin devant les commissions des finances de l’Assemblée nationale et du Sénat, Isabelle Falque-Pierrotin avait affirmé que l’ANJ aurait pour objectif « d’animer le secteur de façon souple et ferme », estimant que « le régulateur ne doit pas être seulement un gendarme ». Elle avait également insisté sur « l’indépendance » de la nouvelle autorité administrative, même si cinq ministères resteront partiellement compétents (Intérieur, Budget, Agriculture, Santé, Sports).

•• Seuls les casinos ont été exclus du périmètre de l’ANJ et restent sous la tutelle du ministère de l’Intérieur.

 Commentaires fermés sur FDJ / PMU : Isabelle Falque-Pierrotin, « régulateur unique » des jeux  
7 Juin 2020 | Institutions
 

Les rumeurs se multiplient et s’entrechoquent sur la nature du remaniement ministériel que de nombreux commentateurs annoncent pour l’après-second tour des Municipales.

L’ Obs de cette semaine rappelle le « souhait » du Président de la République de nommer une femme à Matignon : « aucun nom ne s’impose, ni dans son Gouvernement, ni à l’extérieur ». C’est ainsi que Marisol Touraine sort du chapeau.

Mais elle ne présenterait « guère de légitimité auprès de la majorité », toujours selon l’hebdomadaire. Il est vrai que l’ancienne ministre de la Santé (désormais présidente d’Unitaid, organisation internationale qui vise à baisser le prix des médicaments) a fait quelques apparitions médiatiques, ces derniers temps. Lire la suite »

24 Mai 2020 | Institutions
 

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a été élu, hier, maire de Tourcoing. Sans surprise (sa liste a recueilli 61 % des voix, lors du premier tour du 15 mars).

Et il reste ministre, confirme-t-il dans le Journal du Dimanche de ce jour où il entame une offensive politique pour la relance du pays. Extraits.

•• Sur ses fonctions de ministre et de maire : « je tiendrai ma parole, car je m’étais engagé auprès des Tourquennois à être leur maire si j’étais élu (…) Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Augmenter les impôts : pour nous, ce n’est pas une option » (Gérald Darmanin)  
4 Mar 2020 | Institutions
 

Le Directeur général de la Santé, Jérôme Salomon (voir 4 janvier 2018), était encore récemment un inconnu du grand public.

Avec sa communication quotidienne sur la progression de l’épidémie de coronavirus et les consignes à suivre, le haut fonctionnaire – qui a pris une part active à plusieurs mesures anti-tabac, ces dernières années – est en train de se faire un visage. Extraits du portrait que lui consacre Les Échos (avec nos commentaires / ndlr).

En conférence de presse, le quasi-quinqua au visage rond et au crâne lisse déroule ses exposés tranquillement, façon causerie. « Ce n’est pas la figure du directeur d’administration centrale tueur … » témoigne l’un de ses amis dans l’administration. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Coronavirus : un Directeur général de la Santé dans la ligne de « ses » ministres  
21 Fév 2020 | Institutions
 

La nuit dernière, le regard perçant et lumineux de Michel Charasse s’est éteint à jamais.

Son caractère entier au service de hautes missions, ses exigeantes fidélités et convictions, tant politiques que philosophiques, en auront fait un grand personnage de l’actualité gouvernementale et parlementaire à partir des années 80.

Une silhouette churchillienne, le cigare compris, ajoutant à sa renommée. Car Michel Charasse était d’une nature telle qu’il ne s’épargnait aucune polémique. Y compris sur le tabac. Lire la suite »

17 Fév 2020 | Institutions
 

Certes, Olivier Véran, le nouveau ministre des Solidarités et de la Santé (candidat à ce poste depuis longtemps) va être complètement occupé par le passage du texte sur les retraites à l’Assemblée nationale, mais pour le moyen-terme, il n’est pas inintéressant de connaitre certaines de ses prises de position (voir le 16 février 2020). 

Sur le tabac, on n’oubliera pas son rôle très actif en faveur du paquet neutre, le peu de temps où il s’est retrouvé député PS de l’Isère (voir 23 mars 2015).

•• Mais ce médecin neurologue au CHU de Grenoble est aussi un pragmatique.

Nous ne faisons pas, ici, allusion à son ralliement précoce à Emmanuel Macron (dont il a validé le paquet à 10 euros dans le programme, en tant que réfèrent Santé de la campagne présidentielle) mais à la pertinence des questions qu’il posait, l’année dernière par exemple, à Agnès Buzyn, en tant que rapporteur du budget de la Sécurité sociale : « avec la hausse de la fiscalité du tabac, on a eu un effondrement des ventes. Nous voulons savoir si la contrebande a augmenté, si les gens arrêtent réellement de fumer, et connaitre l’impact de cette mesure sur les finances de l’État. » (voir 18 juin 2019).

•• C’est sur le vapotage que le nouveau ministre de la Santé est attendu.

En septembre dernier, en pleine crise du vapotage aux États-Unis, il avançait : « c’est un mésusage des cigarettes électroniques qui entraîne les risques sanitaires vus aux États-Unis. En France, le vapotage est mieux encadré et sécurisé …

« Je regarde ce qui se fait ailleurs. On parle beaucoup des pays qui interdisent le vapotage, mais au Royaume-Uni, sous l’impulsion des autorités sanitaires, il a été promu comme un outil de sevrage au tabac. C’est pour ça que j’estime qu’interdire le vapotage n’aurait aucun sens (…)

« Le débat est loin d’être stabilisé. Mais je prédis qu’à terme, le vapotage sera considéré comme un outil de sevrage du tabac et ira de pair avec un remboursement » (voir 29 septembre 2019).

16 Fév 2020 | Institutions
 

Quittant son ministère dans les conditions que l’on connaît, Agnès Buzyn va peut-être rencontrer des buralistes … dans cette campagne électorale parisienne où elle vient d’accepter de se lancer.

En tout cas, pressée par les enjeux, elle se dispensera probablement d’arrêter des fumeurs en pleine rue pour leur faire morale, comme il lui arrivait de le faire avant d’être ministre.

•• Malgré les demandes répétées de dialogue de la Confédération, elle n’aura reçu, dans son bureau ministériel, Philippe Coy et Sophie Lejeune qu’une seule fois (voir 23 mars 2018). Lire la suite »

13 Fév 2020 | Institutions
 

Dans une évaluation des règles mises en place par l’Union en matière de taxation du tabac, publiée ce lundi 11 février, la Commission européenne rappelle la nécessité de redéfinir la fiscalité appliquée au tabac. 

L’Union européenne a instauré, en effet, en 2011, un cadre légal pour harmoniser les taxes sur le tabac entre états-membres en fixant un droit d’accise minimal sur les cigarettes et le tabac à rouler. L’objectif était de freiner la consommation et de décourager les achats transfrontaliers ainsi que la contrebande au sein de l’UE.

Or les règles de l’UE ne sont plus adaptées à l’objectif, selon le rapport. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Fiscalité tabac : l’Europe se pose des questions sur … les achats transfrontaliers et une nouvelle Directive tabac  , ,
10 Fév 2020 | Institutions
 

Trop de Français seraient encore exposés à la fumée de leur entourage, à domicile ou au travail : c’est du moins la conclusion que tire Santé publique France d’une enquête publiée ce vendredi 7 février.

SpF appelle, en conséquence, à « continuer les efforts de dénormalisation du tabac ».

•• « 15,7 % des personnes âgées de 18 à 64 ans exerçant une activité professionnelle déclarent en 2017 avoir été exposées à la fumée de tabac des autres : au cours des 30 derniers jours, à l’intérieur des locaux sur leur lieu de travail », et cette proportion n’a pas baissé par rapport à 2014, observe l’agence sanitaire publique selon une dépêche AFP. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tabagisme passif : ces chiffres qui amènent Santé publique France à lancer une nouvelle offensive pour la « dénormalisation »   , ,
3 Fév 2020 | Institutions
 

La Commission européenne réfléchit au retrait des petites pièces de couleur rouge (1 et 2 centimes). Plus précisément, la nouvelle présidente, Ursula von der Leyen, pourrait proposer des règles uniformes d’arrondi afin de les faire disparaître.

Cette décision aurait surtout un motif économique. Car ces pièces, faites d’acier et de cuivre, coûtent plus cher à produire que leur valeur faciale : en 2013, la Commission avait évalué le coût de leur frappe à 1,4 milliard d’euros depuis 2002.

•• Interrogé par RMC, le 30 janvier, Bernard Maurice, buraliste dans le centre de Toulouse, approuve : « c’est un soulagement, ça va nous alléger la caisse. On était envahi de petites pièces le soir pour compter. Et ça permettra un flux plus rapide pour les clients ».

•• De son côté, Jean-Marc Martinez, président de la Fédération des Commerçants de Toulouse, prévient : « comme on aura tendance à arrondir à la dizaine supérieure, c’est le consommateur qui va perdre ».

 Commentaires fermés sur Suppression des pièces de 1 et 2 centimes : le pour et le contre