Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Jan 2021 | L'essentiel, Profession
 

On apprend dans le dernier numéro du Losange (voir 5 janvier) que la commission des Affaires sociales de la Confédération propose une aide spécifique à tout buraliste adhérent ayant été testé positif au virus de la Covid-19 et qui, en conséquence, a dû fermer son point de vente entre le 17 mars 2020 et le 16 mars 2021.

Le montant de l’aide est de 1 000 euros pour une fermeture de deux semaines, de 1 500 euros pour trois semaines et de 2 000 euros pour quatre semaines.

Pour des cas plus graves, la commission envisage des aides complémentaires.

Cette aide a été adoptée lors du conseil d’administration du 10 décembre dernier.

14 Jan 2021 | L'essentiel, Profession
 

Ce matin, le Groupe FDJ, la Confédération des buralistes et MDB Services ont publié un communiqué que nous reproduisons intégralement.

« Après une première expérience réussie pour le paiement des factures de services publics, FDJ et MDB Services, filiale de la Confédération des buralistes, ont décidé d’étendre leur partenariat. Les Français pourront également s’acquitter de leurs autres factures du quotidien au sein du réseau des buralistes, des marchands de presse et des bars, partenaires commerçants de FDJ. 

•• FDJ s’appuie sur la densité du réseau bar-tabac-presse et le savoir-faire transactionnel du Groupe. Signé le 13 janvier, ce partenariat a pour objectif le déploiement de nouveaux services de paiement, sur le modèle du service géré pour la Direction générale des finances publiques (DGFiP). Il capitalise sur la capacité de mobilisation de la Confédération des buralistes ainsi que sur l’infrastructure technologique et la force de vente de FDJ.

•• La Confédération des buralistes et FDJ ont remporté, en 2019, le marché de la DGFiP pour l’externalisation des encaissements des trésoreries publiques en espèces et en carte bancaire. Il est ainsi possible de régler ses factures de services publics locaux, amendes, ou impôts, en se rendant dans l’un des 9 000 points de vente du réseau FDJ proposant ce service. Plus de 360 000 transactions y ont déjà été effectuées depuis juillet 2020.

•• Forts de ce succès, les deux partenaires souhaitent promouvoir cette solution auprès des grands opérateurs de services (énergéticiens, bailleurs sociaux, etc.) et enrichir le portefeuille de services disponibles dans les points de vente.

Les clients ne souhaitant pas payer leurs factures du quotidien (électricité, gaz, loyer, etc.) en ligne ou par prélèvement automatique pourront désormais se rendre dans un point de vente FDJ pour s’acquitter de leur paiement. Les opérateurs de services bénéficieront d’un réseau de proximité d’environ 30 000 points de paiement, en métropole et dans les DOM.

•• « Ce partenariat réaffirme l’engagement, inscrit au cœur de notre stratégie et de notre raison d’être, de favoriser le maintien du commerce de proximité, en soutenant et en accompagnant notre réseau dans le défi de la transformation et de la diversification de ses activités », déclare Stéphane Pallez, Présidente directrice générale de FDJ.

••« La réussite dans la mise en œuvre du service « paiement de proximité » a démontré toute l’efficacité de notre maillage territorial. Aujourd’hui, nous ouvrons les solutions d’encaissements au secteur privé, afin de maintenir le lien social dans nos territoires et de développer notre rôle de commerçants d’utilité locale, engagés dans la transformation », déclare Philippe Coy, Président de MDB Services et de la Confédération des buralistes.

14 Jan 2021 | L'essentiel, Observatoire
 

La mission d’information parlementaire sur la réglementation et l’impact des différents usages du cannabis (voir 23 décembre 2019) a lancé, ce mercredi 13 janvier, une consultation citoyenne en ligne sur le cannabis dit « récréatif ». 

Objectif : instaurer un débat serein sur une question sensible. C’est à voir.

•• Cette consultation prend la forme d’un questionnaire mis en ligne sur le site de l’Assemblée nationale jusqu’ à fin février, alors que la mission d’information doit rendre son rapport sur le cannabis « récréatif » aux alentours de « fin mars-début avril », a indiqué à l’AFP son président, le député de l’Essonne Robin Reda (LR). Lire la suite »

 

La réglementation Outre-Manche le permet. British American Tobacco vient d’annoncer le lancement de son e-pod Vuse CBD Zone.

Ce nouveau produit est testé d’ores et déjà à Manchester : dans des points de vente tabac et de proximité. Et en ligne, dans un cadre contrôlé . La vente étant limitée aux habitants de Manchester et des environs. La gamme de lancement porte sur 3 arômes : mint, mango, berry / 50 et 100 mg. Lire la suite »

12 Jan 2021 | L'essentiel, Profession
 

Après les statistiques douanières sur le marché officiel du tabac pour décembre (en volume au niveau de la France continentale, voir 7 janvier), quelques éléments d’évaluation complémentaire (source : livraisons Logista, voir 12 décembre 2020).

•• Sachant que ce mois de décembre correspond à un jour de livraison en plus par rapport à 2019.

EN VOLUME ( par rapport à décembre 2019 )

marché global : +5% (-13,9% en novembre, +8% en octobre)
 cigarettes : +0,9%
 tabac à rouler : +19,4%
cigares/ cigarillos : -1,7% Lire la suite »

 

Simone VeilDans l’histoire de la politique anti-tabac de notre pays, la loi Évin du 10 janvier 1991 représente à la fois une étape-clé et un socle (voir 9 janvier).

Elle vient après le premier grand texte visant explicitement à lutter contre les méfaits du tabagisme en France. Celui de la loi Veil du 9 juillet 1976 qui réduisait déjà la publicité et imposait de premières interdictions de fumer dans certains lieux à usage collectif, avec l’apparition de la mention « abus dangereux » sur les paquets de tabac. Lire la suite »

31 Déc 2020 | L'essentiel, Profession
 

Plusieurs avancées syndicales auront marqué, en cette année 2020 sans pareille, l’activité de la Confédération des buralistes, présidée par Philippe Coy.

•• Prolongation d’un an du Protocole de la Transformation

Le 22 octobre, lors du congrès des buralistes, à Paris, a été signé par Olivier Dussopt (ministre délégué aux Comptes publics) et Philippe Coy un « avenant au Protocole d’accord sur la Transformation du réseau des buralistes 2018-2021 » (voir 23 octobre).

Le Fonds de Transformation des buralistes, doté de 20 millions d’euros par an, est prolongé d’un an de fin 2021 à fin 2022. Ainsi, le montant total alloué au Fonds de Transformation passe de 80 à 100 millions d’euros au total.

•• Augmentation de la remise tabac

Il est prévu, dans l’avenant, que la remise nette sur la vente de tabac de tabac passe à 8,1% au 1er janvier 2022. Sachant que cette remise passe de 7,9 % à 8 % au 1er janvier (voir 30 décembre).

•• Prolongation et renforcement des aides

Avec la prolongation du Protocole, tout le dispositif d’aide qu’il contient est renforcé (à l’exception de la remise transitoire dont l’application était liée à la trajectoire fiscale 2018-2020).

Il s’agit donc :
• du complément de remise dont le seuil passe, en 2022, à 500 000 euros ;
• de la remise compensatoire ;
• de la Prime de Diversification d’Activités dont le seuil passe, en 2022, à 400 000 euros.

On notera que la remise compensatoire est, désormais, ouverte aux buralistes saisonniers.

•• Autres mesures

Lors de ce congrès de la Confédération, d’autres avancées ont été annoncées :

• Une prolongation, à fin 2021, du J+2 pour les factures tabac acquittées par prélèvements bancaires; mesure négociée avec Logista.
• Un accord de partenariat avec la Sacem concernant une réduction de 20 % des droits pour les débits secs.
• Un élargissement de la Subvention sécurité aux améliorations techniques et aux réparations de matériels; mesure négociée avec la Douane.

•• Fiscalité tabac

L’avenant au Protocole signé au congrès avec le ministre délégué aux Comptes publics stipule : « aucune nouvelle trajectoire fiscale ne sera élaborée jusqu’en décembre 2022 ».

•• Limite à l’achat de tabac à l’étranger

Depuis le 1er août dernier, il est interdit à un particulier de ramener plus d’une simple cartouche de cigarettes (contre quatre auparavant) d’un autre pays de la Communauté européenne; mesure adoptée, à l’unanimité, par l’Assemblée nationale suite aux nombreuses démarches de la Confédération.

 Commentaires fermés sur Confédération : avancées 2020  
30 Déc 2020 | L'essentiel, Profession
 

Conformément au Protocole sur la Transformation des buralistes, la rémunération sur la vente des produits du tabac augmente de 0,10 point à partir de ce vendredi 1er janvier. La rémunération nette des buralistes passe donc à 8 % (voir 31 décembre 2019).

Il s’agit de la cinquième augmentation successive de la remise tabac.

•• En effet, suite aux accords entre la Confédération et le Gouvernement, la rémunération nette des buralistes est passée de 6,90% à 7,50% en 2017, puis
à 7,70% en 2018,
à 7,80% en 2019,
à 7,90% en 2020.

•• Lors du dernier congrès des buralistes, Philippe Coy a annoncé que les négociations pour la prolongation et le renforcement du « Protocole d’accord sur la Transformation du réseau des buralistes » avaient notamment débouché sur une nouvelle augmentation de 0,10 point au 1er janvier 2021 (voir 23 octobre).

Dans un an, la remise nette passera donc à 8,10 %.

 Commentaires fermés sur Remise buralistes : 8 %  
 

On sait que le groupe Logista détient, en Espagne, une filiale dédiée à la distribution pharmaceutique : Logista Pharma. Il s’agit même du plus grand répartiteur de produits pharmaceutiques du marché espagnol (voir 23 août et 30 octobre 2019) .

À ce titre, c’est donc Logista, à la suite d’un accord avec le ministère de la santé, qui assure la logistique – à moins 80 degrés – du vaccin Pfizer entre l’État espagnol et les communautés autonomes (régions).

•• De même, Logista a négocié plusieurs marchés lui permettant d’assurer la répartition régionale du vaccin sur Madrid, la Castille-La Manche et le Pays Basque. Des discussions étaient en cours, ces dernières heures, avec les autres régions; à l’exception de l’Andalousie et de Murcie qui ont fait appel à la concurrence.

À noter que la compétition est sérieuse entre Fedex et le grand répartiteur Alliance Healthcare, en passant par DHL ou UPS. Et Logista s’est aussi mis sur les rangs pour transporter le vaccin Moderna quand celui-ci sera autorisé en Espagne.

•• Logista Pharma travaille, en période ordinaire, avec plus de 200 laboratoires qui font appel à ses services.

Son objectif affiché étant d’assurer une offre logistique avec « une pleine intégration opérationnelle, une traçabilité physique et thermique en temps réel en employant les systèmes d’information les plus avancés ».

Logista Pharma dispose enfin de 11 entrepôts dédiés aux produits pharmaceutiques sur la péninsule ibérique ; notamment à Leganés (plus de 60 000 mètres carrés, à proximité de Madrid), à Barcelone, aux Canaries et à Lisbonne. À ce titre, sa maitrise de la chaîne du froid pour les produits pharmaceutiques est reconnue.

•• Cette histoire de vaccins va apporter une notoriété supplémentaire au groupe Logista dont la logistique tabac représente encore 90 % des revenus du groupe. Mais son nouveau CEO, Iñigo Meiras, entend développer fortement, en Espagne, la distribution de médicaments et autres produits liés au e-commerce.

19 Déc 2020 | L'essentiel, Profession
 

Dans un message destiné aux buralistes – Le Lien #127 / « CBD : stop à l’intoxication commerciale » – et adressé sur leur boite mail, la Confédération des buralistes revient sur un pressing commercial qui se fait ressentir auprès des buralistes, depuis quelques semaines, et dont certains fournisseurs aussi pionniers que sérieux sont les premières victimes.

Extraits :

« Si une récente décision de la Cour de Justice de l’Union européenne (voir 19 et 25 novembre) laisse espérer une prochaine évolution de la réglementation française, à ce jour, le contexte réglementaire n’a pas bougé (voir 16 décembre) et incite toujours à la plus grande prudence. 

•• « En particulier :

la vente de fleurs de CBD (à fumer ou à infuser) reste interdite ;
la vente de produits au CBD avec des arguments « santé » n’est pas autorisée, voire dangereuse pour le commerçant (sa responsabilité peut être mise en cause) dans l’attente d’un cadre réglementaire sécurisé.

•• « Il est de notre responsabilité de vous en informer, tout comme il est de notre responsabilité de tout faire pour obtenir un droit à la commercialisation de produits avec des extraits naturels de CBD, issus de la plante de chanvre. Mais avec une réglementation qui nous protège contre les effets de toute dérive ou accidents sanitaires. Ce à quoi nous nous employons auprès des autorités avec le soutien des parlementaires » (voir 21 novembre).

•• « C’est sur les autorités sanitaires que la pression doit s’exercer. Pas sur les buralistes » conclut la Confédération.