Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Sep 2020 | Observatoire
 

Les promoteurs du projet de cannabis thérapeutique Cannapôle23 s’apprêtent à signer dans quelques semaines un bail avec la communauté de communes « Haute Corrèze communauté », propriétaire d’un ancien centre informatique de l’armée de Terre à Féniers, au cœur du Plateau de Millevaches. 

•• Au-delà de la production, « c’est ce site-là qu’on a choisi pour monter le futur pôle d’excellence autour du cannabis thérapeutique (…) Les bâtiments seront utilisés pour faire de la formation, de la recherche et développement et une pépinière d’entreprises », annonce Jouany Chatoux, agriculteur creusois et Président de Cannapôle23, dans un reportage de France 3 Nouvelle Aquitaine.

À l’intérieur du bâtiment militaire, dont une partie est enterrée sous terre, la stabilité thermique devrait engranger 5 à 6 récoltes par an.

•• En 2019, le principe de la filière du cannabis thérapeutique avait été acté dans le Plan particulier pour la Creuse, un projet resté pour l’instant au point mort. Face à cette situation, Jouany Chatoux, Président de Cannapôle23, demande à Emmanuel Marcon de tenir ses promesses. « Je pense que ça serait à lui si on veut accélérer les choses de donner le feu vert » avance l’agriculteur creusois. « À un moment donné, il faut qu’il y ait un patron qui prenne une décision. Actuellement, personne ne prend de décision. »

Pour Pierre Chevalier, Président de Haute Corrèze Communauté, la France a déjà perdu trop de temps : « c’est un appel du pied pour dire : décidez-vous vite ! La France ne peut pas être à la traîne sur ce type de production. » Selon lui, la France doit se mettre en conformité législative avec l’Europe.

•• À ses côtés, Éric Correia, Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Guéret se bat également pour la création d’une filière de cannabis thérapeuthique en Creuse : « ça suffit ! Il faut maintenant avancer sur ce dossier-là, qui est à la fois un dossier sanitaire pour qu’un certain nombre de gens ne souffrent plus et un dossier économique (…) Nous avons besoin de créer de l’emploi. Que fait ce gouvernement ? C’est la question que je pose » (voir 10 mai et 29 janvier)

À Féniers, le projet de cannabis thérapeutique devrait développer une centaine d’emplois.