Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Mar 2019 | Observatoire
 

Des spécialistes du service de neurologie et de pathologie du CNRS et de l’institut de neurosciences de l’hôpital de La Timone, à Marseille, veulent tester les effets de sprays de cannabis thérapeutique sur des patients atteints de la maladie de Parkinson.

Ce type de traitement existe déjà dans certains pays européens pour traiter des maladies comme la sclérose en plaques ou l’épilepsie mais aucune étude n’a jamais été menée pour la maladie de Parkinson.

Il s’agit peut-être là d’un pas vers l’utilisation du cannabis thérapeutique en France, dont la prescription pourrait concerner des centaines de milliers de patients.

•• Ces tests seront réalisés à l’hôpital de La Timone, dans le cadre d’une étude financée par le neuropôle Dhune et l’association France Parkinson. Une vingtaine de volontaires va participer à ce test : ils vont inhaler du cannabis à l’aide d’un nébulisateur. L’opération se déroulera en une seule fois avec hospitalisation pendant 24 heures.

•• « Le but est de mesurer le rapport entre le bénéfice et le risque d’une telle pratique thérapeutique », a expliqué le professeur Blin sur Europe 1, « on veut déjà quantifier ce bénéfice, à la fois sur les signes moteurs de la maladie comme la marche ou le tremblement, mais aussi les signes non-moteurs comme l’anxiété, la dépression, le comportement, la mémoire. »

« Il n’existe pas de données sérieuses et bien construites sur le sujet au niveau mondial. C’est ce que nous allons faire pour la première fois, en France, ici à Marseille », conclut-il.